Tag Archives: Jean-Claude Gaudin

Les gens du Sud saluent un « grand homme du Nord »…

7 Juin

mairie LilleIl fut le maire de Lille pendant près de 30 ans, le premier Premier ministre socialiste de la Vème République, Pierre Mauroy est décédé ce vendredi 7 juin 2013, à l’âge de 84 ans. Au delà des engagements de chacun, les élus marseillais ont salué l’homme politique, à commencer par le premier édile. 

« Au delà de nos convictions politiques différentes, j’ai toujours eu une profonde considération pour cet homme politique et salue son parcours extraordinaire tant sur le plan national que local, a réagi le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, dans un communiqué. Tout comme j’espère être un homme du Sud, cet ancien professeur de lycée restera dans nos mémoires, le grand Homme du Nord. »

D’autres personnalités politiques locales ont réagi à la disparition de Pierre Mauroy. Les candidats à la primaire socialiste à Marseille en vue des élections municipales de 2014 ont notamment exprimé leur tristesse sur Twitter. 

https://twitter.com/CaselliEugene/status/342951160413569024

Municipales 2014 : Carlotti en tête d’un sondage PS

7 Mai

Un sondage de notoriété commandé par le Parti socialiste porte Marie-Arlette Carlotti en tête des candidats à la primaire socialiste à Marseille. Ce sondage TNS-Sofres projette les deux tours des élections municipales 2014, avec quatre candidats PS différents : la ministre Marie-Arlette Carlotti, le président de la communauté urbaine MPM Eugène Caselli, la sénatrice-maire des 15e et 16e arrondissements Samia Ghali et député-maire des 1er et 7e Patrick Menucci. Tous quatre seront départagés lors de la primaire qui se déroulera les 6 et 13 octobre 2013. Le député Henri Jibrayel, qui a lancé le 6 mai 2013 sa campagne pour la primaire socialiste est absent du sondage.

Au premier tour, Marie-Arlette Carlotti recueillerait 27% des suffrages, contre 33% pour le sénateur-maire sortant, Samia Ghali, 24%, Eugène Caselli et Patrick Mennucci 23,5%, contre 34% pour Jean-Claude Gaudin. Le candidat du Front national serait, quant à lui, crédité de 18% des suffrages.

Au second tour, dans le cas d’une triangulaire avec le FN, Marie-Arlette Carlotti et Eugène Caselli obtiendraient 42 % contre 39 %, pour le sénateur-maire sortant. L’écart se resserrait pour Samia Ghali, avec 41 % contre 40 %, pour Jean-Claude Gaudin. Patrick Mennucci et le sénateur-maire sortant obtiendrait le même score : 40,5 %. Le candidat FN serait, quant à lui, crédité de 19% des suffrages.

« Ses indications me confortent dans ma résolution à faire acte de candidature et dans le sentiment que je suis le mieux placé pour faire gagner le camp du changement », a réagi Eugénie Caselli, sur son blog. « Si la notoriété dont jouit mon nom souffre encore du fait que je n’exerce aucune fonction ministérielle, aucun autre mandat que celui de président à temps plein de la Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole et que je ne cours pas les plateaux de télévision parisiens, en revanche, je suis très heureux de constater à nouveau que je recueille peu d’opinions défavorables. »

Marseille Provence 2013 : Le Pavillon M…

11 Jan

MP2013 : PhotoA la veille de son week-end d’ouverture, Marseille Provence 2013 a inauguré, vendredi 11 janvier, le Pavillon M. De nombreux élus étaient présents autour du sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin. Après une visite de la structure éphémère toute en bois et transparence, les élus ont pris la pose avec plus d’une centaine de bénévoles pour une « photo de famille » de l’année capitale.

MP2013 : Pavillon MLe Pavillon M sera au cœur de Marseille Provence 2013 puisqu’il ouvrira ses portes au public, tous les jours, du 12 janvier au 31 décembre, de 10h à 19h. Marseillais et touristes s’y rendront pour connaître la programmation des évènements de 2013, réserver leurs places, rencontrer des acteurs de 2013 ou voir des expositions en avant-première.

Ce lieu de rencontres réunira les acteurs de l’année capitale : l’association Marseille Provence 2013, ses partenaires, les communes qui y sont représentées, les grands équipements culturels ainsi que les associations culturelles de Marseille et du territoire.

Parmi les 3000 m² du bâtiment, 1000 m² seront dédiés à la Ville de Marseille. La métropole y présentera « sa volonté de s’inscrire dans la nouvelle organisation du monde ». Les 400 m² de l’espace « Grand Rue », seront investis par les partenaires institutionnels de MP2013. Le Conseil Régional, la CCIMP, le Conseil Général, MPM, Euroméditerranée, la ville dʼAix-en-Provence y valoriseront leurs actions culturelles. Enfin, les 200 m² de l’espace « Mistral » renfermeront les expositions inédites de nombreux partenaires privés.

MP2013 : Pavillon MLe Pavillon M, c’est d’abord, une structure éphémère de 1200 m², créée et scénographiée par Philippe Malta. Dans ce lieu unique, des murs d’images côtoient des cabines olfactives, des hologrammes ou des films en 3D. Une fresque composée d’une dizaine de milliers de visages se construira au fur et à mesure des visites du Pavillon M. Elle sera ensuite mise en scène sur une sculpture support évolutive.

Outre son aspect informatif, le Pavillon M donnera au public un avant-goût de la programmation de l’année capitale. Des évènements emblématiques de MP2013, du OFF, voire des projets culturels y seront présentés en avant-première et seront un prétexte à des rencontres ou des performances.

Santons et tradition à Marseille…

18 Nov

Les 25 musiciens du groupe Condor ont donné le rythme du défilé provençal qui a descendu la Canebière ce 18 novembre. Après la traditionnelle messe des Santonniers en provençal, à l’église des Réformés, un cortège a rejoint la foire aux Santons. A sa tête, Jean-François Gerold et son groupe ont fait résonner l’âme de la Provence. Suivaient les chars de la Saint Eloi et leurs chevaux de trait ainsi que le Roudelet Felibren, l’Escolo de la Mar et les enfants du groupe La Couqueto, de l’école du Sacré Coeur. A leur arrivée, chacun de ces groupes a dansé, un farandole ou un quadrille.   

Le député-maire du premier secteur Patrick Mennucci, le président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole Eugène Caselli et le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin ont grossi les rangs du cortège, avant d’inaugurer la 210e édition foire aux Santons et le 11e marché de Noël.

Une quarantaine de santonniers et une cinquantaine d’artisans avaient investi des chalets de bois des places Charles-de-Gaulle et Gabriel Péri depuis la veille. Ces marchés sont ouverts tous les jours de 9h à 19h et fermeront leurs portes le 31 décembre.

Nicolas Sarkozy à Marseille : « Je veux être le candidat du peuple »…

19 Fév

« La vérité ne doit pas faire peur aux Français » a rassuré Nicolas Sarkozy, cet après midi au Parc Chanot. Le candidat de l’UMP à l’élection présidentielle a discouru devant « plus de quinze milles personnes » selon Jean-François Copé, faisant de la « vérité » et du « courage », les maîtres mots de sa candidature. Le président de la république n’était pas venu seul, puisque François Fillon, Alain Juppé, Nadine Morano, Brice Hortefeux, Nathalie Kosciusko-Morizet, David Douillet et Carla Bruni – ovationnée à son arrivée – assistaient à ce meeting.

« J’ai pris mesure de ce qu’il aurait fallu faire de mieux ou de plus » a avoué le  chef de l’Etat, avant de se targuer à quatre reprises : « Nous avons échappé à une catastrophe ». Ce « nous » dont il parle – François Fillon et son gouvernement – est ovationné. Militants et curieux, debout sur leur sièges, agitent des drapeaux français. Nicolas Sarkozy ajoute ensuite : « la France sortira plus forte de la crise » ce qui laisse perplexe quelques personnes qui buvaient jusque là les paroles de leur candidat dans une liesse générale.

Alors que dans le Hall 1 du Parc Chanot, beaucoup d’adolescents, fervents supporter du président, sont interpellés « Assis ! », le président de la république lance : « Je veux être le candidat du peuple » et pour cela, il souhaite mettre en place des référendums, qui sont « l’esprit de la Ve république » et est favorable à l’instauration de la proportionnelle. 

Alors que dans leurs préambules, Jean-Claude Gaudin et Jean-François Copé ont taclé le candidat socialiste, Nicolas Sarkozy, lui, a exprimé des idées proches de celle de la candidate du Front National, prônant « l’autorité du maître à l’école » et refusant tout « compromis avec les valeurs républicaines ». Des propositions chaleureusement applaudies par l’assemblée. Le candidat UMP égratigne, tout de même, son principal adversaire qui « fait semblant d’être Thatcher à Londres et Mitterand à Paris » avant de justifier sa candidature, en dépit des sondages « quand on risque d’échouer, on risque toujours aussi de réussir ».

Après une heure de discours, Nicolas Sarkozy conclut dans l’euphorie de la salle : « Je vous demande une chose, ce soir, à Marseille, aidez moi ».  

Plus de photos du meeting

Le Vieux-Port s’embrase pour le lancement des illuminations de Noël…

25 Nov

Jean-Claude Gaudin a donné le coup d’envoi des illuminations de Noël, ce soir, à Marseille. Depuis le balcon de l’hôtel de ville, le sénateur-maire a assisté au feu d’artifice lancé depuis le Vieux-Port qui marquait le début des illuminations de Noël.

Face à la mairie une poignée de curieux attendait l’évènement. Un homme s’arrête par hasard devant la mairie à cause de la foule massée sur le balcon et déplore « le manque de communication de la ville sur le lancement des illuminations ». D’un autre coté, une femme a une opinion sur la faible densité de personnes face à l’hôtel de ville : « C’est trop tôt. On est en novembre, les gens ne pensent pas encore à Noël ».

Après que le Vieux-Port se soit embrasé, les mines dépités, la maigre foule se dissémine, déçue du coté expéditif de l’évènement. Le lancement des illuminations marque à Marseille la dernière étape vers les festivités de Noël. Le marché de Noël, la Foire aux Santons et les manèges et attractions pour les enfants sont déjà installés depuis le 19 novembre et resteront en place jusqu’au 31 décembre. Les illuminations, quant à elle, brilleront dans les rues de la cité phocéenne jusqu’au 15 janvier.  

L’envers du decor d’une inauguration…

9 Déc

Aujourd’hui, c’est un grand jour pour les étudiants de l’ECS/IEJ de Marseille (École de journalisme et de communication, située au 408 avenue du Prado)… C’est l’inauguration de leur école. A leur arrivée, les élèves se complimentent sur leur tenues, ils sont tous sur leur 31. Les futurs communicants ou journalistes foulent le tapis rouge pour pénétrer dans l’enceinte du bâtiment. Ils traversent les tréteaux du traiteur et rejoignent les salles de cours. Dans leur classe, les « iejiens » apprennent avec surprise qu’ils ont cours. Sans grand enthousiasme, ils font leur travail. Après une heure de radio, ils enchainent sur une révision avec un de leurs professeurs. Soudain, la porte s’entrouvre, « il arrive » déclare une jeune femme… Jean Claude Gaudin, le maire de Marseille, entouré de personnalités et de la directrice de l’école entre dans la classe. Les journalistes en devenir se lèvent et écoutent le sénateur-maire, qui visite l’école. Ensuite, élèves et enseignants se réunissent, dans l’open space informatique pour la retransmission télévisé du discours d’inauguration, qui n’est qu’à quelques mètres. La salle dans laquelle se déroule le discours est trop petite pour accueillir tout le monde. Les allocutions sont terminées, les jeunes regagnent le buffet, mais sont interrompus dans la couloir. Ils dressent une haie d’honneur improvisée pour Jean Claude Gaudin, Pape Diouf ou encore Jean-Pierre Foucault, qui se dirigent vers le studio télé pour une interview. Les « ECS/IEJiens » réussissent à sortir, avec la déception d’être des figurants. Mais, l’inauguration commence pour eux, réunis dehors, ils discutent entre eux et avec leurs professeurs tout en buvant des verres et en grignotant des amuses bouches.