Tag Archives: Marie-Arlette Carlotti

Les gens du Sud saluent un « grand homme du Nord »…

7 Juin

mairie LilleIl fut le maire de Lille pendant près de 30 ans, le premier Premier ministre socialiste de la Vème République, Pierre Mauroy est décédé ce vendredi 7 juin 2013, à l’âge de 84 ans. Au delà des engagements de chacun, les élus marseillais ont salué l’homme politique, à commencer par le premier édile. 

« Au delà de nos convictions politiques différentes, j’ai toujours eu une profonde considération pour cet homme politique et salue son parcours extraordinaire tant sur le plan national que local, a réagi le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, dans un communiqué. Tout comme j’espère être un homme du Sud, cet ancien professeur de lycée restera dans nos mémoires, le grand Homme du Nord. »

D’autres personnalités politiques locales ont réagi à la disparition de Pierre Mauroy. Les candidats à la primaire socialiste à Marseille en vue des élections municipales de 2014 ont notamment exprimé leur tristesse sur Twitter. 

https://twitter.com/CaselliEugene/status/342951160413569024

Municipales 2014 : Carlotti en tête d’un sondage PS

7 Mai

Un sondage de notoriété commandé par le Parti socialiste porte Marie-Arlette Carlotti en tête des candidats à la primaire socialiste à Marseille. Ce sondage TNS-Sofres projette les deux tours des élections municipales 2014, avec quatre candidats PS différents : la ministre Marie-Arlette Carlotti, le président de la communauté urbaine MPM Eugène Caselli, la sénatrice-maire des 15e et 16e arrondissements Samia Ghali et député-maire des 1er et 7e Patrick Menucci. Tous quatre seront départagés lors de la primaire qui se déroulera les 6 et 13 octobre 2013. Le député Henri Jibrayel, qui a lancé le 6 mai 2013 sa campagne pour la primaire socialiste est absent du sondage.

Au premier tour, Marie-Arlette Carlotti recueillerait 27% des suffrages, contre 33% pour le sénateur-maire sortant, Samia Ghali, 24%, Eugène Caselli et Patrick Mennucci 23,5%, contre 34% pour Jean-Claude Gaudin. Le candidat du Front national serait, quant à lui, crédité de 18% des suffrages.

Au second tour, dans le cas d’une triangulaire avec le FN, Marie-Arlette Carlotti et Eugène Caselli obtiendraient 42 % contre 39 %, pour le sénateur-maire sortant. L’écart se resserrait pour Samia Ghali, avec 41 % contre 40 %, pour Jean-Claude Gaudin. Patrick Mennucci et le sénateur-maire sortant obtiendrait le même score : 40,5 %. Le candidat FN serait, quant à lui, crédité de 19% des suffrages.

« Ses indications me confortent dans ma résolution à faire acte de candidature et dans le sentiment que je suis le mieux placé pour faire gagner le camp du changement », a réagi Eugénie Caselli, sur son blog. « Si la notoriété dont jouit mon nom souffre encore du fait que je n’exerce aucune fonction ministérielle, aucun autre mandat que celui de président à temps plein de la Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole et que je ne cours pas les plateaux de télévision parisiens, en revanche, je suis très heureux de constater à nouveau que je recueille peu d’opinions défavorables. »

Marie-Arlette Carlotti dans les Pyrénées-Orientales…

24 Oct

Marie-Arlette Carlotti lors de la visite de Jean-Marc Ayrault à Marseille.

Une Marseillaise en Catalogne ! La ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion sera en déplacement jeudi 25 et vendredi 26 octobre dans les Pyrénées-Orientales.

Née à Béziers, Marie-Arlette Carlotti qui est arrivée très jeune à Marseille, retrouvera sa région natale. L’ancienne députée poursuivra ensuite sa route vers l’Ouest, jusqu’à Toulouse, où elle est attendue pour le congrès du Parti Socialiste.

Législatives 2012 (13) : Neuf sortants réélus…

17 Juin

Dix députés de gauche et six députés de droite. Dans les Bouches du Rhône la gauche gagne deux sièges. Neuf députés sortants – six UMP et trois PS – ont été réélus ce soir. 

Sur le plan national plus, les femmes sont plus nombreuses à entrer à l’Assemblée Nationale. Dans les Bouches du Rhône, cependant, elles étaient trois à partir de 2007 et pourraient n’être que deux à partir de 2012 puisque si Marie-Arlette Carlotti reste au gouvernement, elle devrait laisser son siège à son suppléant, Avi Assouli.

1e circonscription

La député sortante de la 8e circonscription a, comme en 2007 battu son prédécesseur, sur cette 1e circonscription.

73 877 inscrits
40 240 votants
1 367 nuls, soit 38 873 exprimés

Valérie Boyer (UMP)      19 689  (50.65%)
Christophe Masse (PS)   19 184  (49.35%)

2e circonscription

Le maire du 4e secteur de Marseille a regagné son siège de député ce soir.

77 369 inscrits
41 886 votants
1 224 nuls, soit 40 662 exprimés

Dominique Tian (UMP)        23 771  (58.46%)
Jean-Pierre Mignard (PS)     16 891  (41.54%)

3e circonscription

La député sortante candidate dissidente PS à la suite de son renvoi devant le tribunal correctionnel pour détournement de fonds publics a été réélue. En outre du retrait de son investiture, Martine Aubry avait déclaré que Sylvie Andrieux serait exclue du PS si elle était condamnée. 

70 329 inscrits
37 291 votants
2 066 nuls, soit 35 225 exprimés

Sylvie Andrieux (PS)     17 962  (50.99%)
Stéphane Ravier (FN)    17 263  (49.01%)

4e circonscription

Le maire du 1er secteur de Marseille a largement battu son adversaire frontiste. 

58 696 inscrits
28 517 votants
1 339 nuls, soit 27 178 exprimés

Patrick Mennucci (PS)                     19 163  (70.51%)
Marie-Claude Aucouturier (FN)    8 015  (29.49%)

5e circonscription

La ministre déléguée aux personnes handicapées était la membre du gouvernement la plus « en danger ». Elle affrontait le député sortant, qui a siégé durant quatorze ans à l’Assemblée Nationale. Les dix neuf ministres candidats ont été élus ce soir, à l’instar de Jean-Marc Ayrault et de cinq autres ministres, élus dimanche dernier. 

68 665 inscrits
40 226 votants
1 215 nuls, soit 39 011 exprimés

Marie-Arlette Carlotti (PS)    20 212  (51.81%)
Renaud Muselier (UMP)         18 799  (48.19%)

6e circonscription

Le maire du 5e secteur de Marseille a été réélu. 

72 561 inscrits
40 706 votants
425 nuls, soit 40 281 exprimés

Guy Teissier (UMP)           17 101  (42.45%)
Pierre Semeriva (EELV)  15 091  (37.46%)
Laurent Comas (FN)           8 089  (20.08%)

7e circonscription

Le député sortant de la 4e circonscription l’a largement emporté face au candidat FN.

63 071 inscrits
28 553 votants
1 227 nuls, soit 27 326 exprimés

Henri Jibrayel (PS)           17 034  (62.34%) 
Bernard Marandat (FN)  10 292  (37.66%)

8e circonscription

Le candidat socialiste a enfin réussi son « parachutage », alors qu’il avait été battu dès le premier tour sur la 4e circonscription des Pyrénées Orientales en 2007, il l’a emporté de justesse, avec 318 voix d’avance sur le candidat UMP.

93 083 inscrits
55 994 votants
834 nuls, soit 55 160 exprimés

Olivier Ferrand (PS)      22 331  (40.48%)
Nicolas Isnard (UMP)   22 013  (39.91%)
Gérald Gerin (FN)           10 816  (19.61%)

9e circonscription

Le député sortant a largement été réélu. Ce sera le quatrième mandat de Bernard Deflesselles, qui siège au palais Bourbon depuis 1999.

92 600 inscrits
45 858 votants
5 894 nuls, soit 39 964 exprimés

Bernard Deflesselles (UMP)  25 001  (62.56%)
Joëlle Melin (FN)                       14 963  (37.44%)

10e circonscription

En raison de l’accord entre Europe Ecologie-Les Verts et le Parti Socialiste, il n’y avait pas de candidat socialiste sur cette circonscription et c’est l’écologie François-Michel Lambert qui ira siéger à l’Assemblée Nationale. 

100 187 inscrits
60 217 votants
966 nuls, soit 59 251 exprimés

François-Michel Lambert (EELV)   24 670  (41.64%)
Richard Mallie (UMP)                           22 592  (38.13%)
Pascale-Edith Guennec (FN)                11 989 (20.23%)

11e circonscription

Le député sortant a été réélu. Christian Kert est député de la 11e circonscription depuis 1988.

85 346 inscrits
47 557 votants
1 396 nuls, soit 46 161 exprimés

Christian Kert (UMP)   23 531  (50.98%)
Gaëlle Lenfant (PS)       22 630  (49.02%)

12e circonscription

Le candidat socialiste a battu le député sortant de 373 voix. 

89 006 inscrits
51 000 votants
776 nuls, soit 50 224 exprimés

Vincent Burroni (PS)    18 754  (37.34%)
Eric Diard (UMP)            18 381  (36.60%)
Paul Cupolati (FN)         13 089  (26.06%)

13e circonscription

Michel Vaxe, député communiste de la 13e circonscription depuis 1997 avait renoncé à se présenter cette année. C’est le candidat du Front de gauche qui l’a emporté ce soir. Le maire de Martigues était soutenu par le PS puisque entre les deux tours, René Raimondi (PS) s’était désisté en sa faveur pour faire barrage au Front national.

90 571 inscrits
52 197 votants
2 561 nuls, soit 49 636 exprimés

Gaby Charroux (FDG)      29 919  (60.28%)
Béatrix Espallardo (FN)  19 717  (39.72%)

14e circonscription

Jean-David Ciot l’a emporté face à la députée sortante et maire d’Aix-en-Provence. 

93 933 inscrits
55 745 votants
1 697 nuls, soit 54 048 exprimés

Jean-David Ciot (PS)                          28 941  (53.55%)
Maryse Joissains-Masini (UMP)   25 107  (46.45%)

15e circonscription

Le député sortant a été réélu devançant largement son adversaire Divers gauche. 

98 258 inscrits
60 452 votants
802 nuls, soit 59 650 exprimés

Bernard Reynes (UMP)        24 812  (41.60%)
Nicette Aubert (DVG)           21 434  (35.93%)
Olivia Ponsdesserre (FN)    13 404  (22.47%)

16e circonscription

Michel Vauzelle a été réélu. Le désistement de l’UMP,  Roland Chassain, en faveur de la candidate du Front national n’a pas contré président du conseil général de PACA. 

88 592 inscrits
54 465 votants
nuls, soit exprimés

Michel Vauzelle (PS)    26 814  (51.29%)
Valérie Laupies (FN)    25 469  (48.71%)

Ayrault souhaite une « majorité solide et cohérente »…

30 Mai

Jean-Marc Ayrault et Marie-Arlette Carlotti, dans le quartiers des Chartreux.

Après Manuel Valls et Arnaud Montebourg, c’est Jean-Marc Ayrault qui était aujourd’hui en déplacement à Marseille. Le premier ministre du gouvernement provisoire, constitué par François Hollande au lendemain de son investiture et jusqu’aux élections législatives, est venu soutenir les candidats à l’élection législative et notamment Marie-Arlette Carlotti. La ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes handicapées brigue le siège de député de la 5e circonscription des Bouches du Rhône, face au sortant Renaud Muselier (UMP).

Jean-Marc Ayrault et sa ministre se sont rendu, en métro, à la rencontre des électeurs dans un bar marseillais, dans le quartier des Chartreux. Le maire de Nantes a insisté sur l’utilité de donner une large majorité à l’Assemblée Nationale au président de la république, afin que le programme de ce dernier soit mises places.

Jean-Marc Ayrault dans le jardin du palais Longchamp.

Les candidats Patrick Mennucci, Christophe Masse, Henri Jibrayel et Jean-Pierre Mignard, ainsi qu’Eugène Caselli, étaient également présents à la gare pour accueillir le premier ministre. Le maire du 1e secteur et candidat aux législatives sur la 4e circonscription des Bouches du Rhône, qui avait déjà accueilli le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, la semaine dernière, a invité Jean-Marc Ayrault à s’exprimer sur le parvis de la gare Saint Charles.

Le premier ministre ne s’est, par ailleurs, pas exprimer sur le renvoie en correctionnelle de Sylvie Andrieux, candidate sur la 3e circonscription des Bouches du Rhône, pour détournement de fonds publics.

Retrouvez plus de photos du déplacement du premier ministre à Marseille. 

Le premier gouvernement Ayrault…

16 Mai

Le palais de l’Elysée.

Quelques heures après sa nomination par François Hollande et à la veille du premier conseil des ministres, le nouveau premier ministre s’est attelé à constituer son gouvernement, comme il l’a annoncé, ce matin, à l’issue de la passation de pouvoir, à Matignon, entre François Fillon et Jean-Marc Ayrault.

A 19h26, le secrétaire général de l’Élysée, Pierre-René Lemas arrive sur le perron de l’Élysée et annonce la composition du gouvernement. Un gouvernement paritaire, composé de 17 hommes et 17 femmes. 

Les ministres…

Ministre des affaires étrangères : Laurent Fabius
Ministre de l’éducation nationale : Vincent Peillon
Ministre de la justice, garde des sceaux : Christiane Taubira
Ministre de l’économie, des finances et du commerce extérieur : Pierre Moscovici
Ministre des affaires sociales et de la santé : Marisol Touraine
Ministre de l’égalité des territoires et du logement : Cécile Duflot
Ministre de l’intérieur : Manuel Valls
Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie : Nicole Bricq
Ministre du redressement productif : Arnaud Montebourg
Ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social : Michel Sapin
Ministre de la défense : Jean-Yves Le Drian
Ministre de la culture et de la communication : Aurélie Filippetti
Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche : Geneviève Fioraso
Ministre des droits des femmes, porte-parole du gouvernement : Najat Vallaud-Belkacem
Ministre de l’agriculture et de l’agroalimentaire : Stéphane Le Foll
Ministre de la réforme de l’Etat et de la décentralisation : Marylise Lebranchu
Ministre de l’Outre-Mer: Victorin Lurel
Ministre des sport, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative : Valérie Fourneyron

Ministre délégué auprès du ministre de l’économie, des finances et du commerce extérieur, chargé du budget : Jérôme Cahuzac
Ministre délégué auprès du ministre de l’éducation nationale, chargé de la réussite éducative : George Pau-Langevin
Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement : Alain Vidalies
Ministre déléguée auprès de la garde des sceaux, ministre de la justice : Delphine Batho
Ministre délégué auprès de la ministre de l’égalité des territoires et du logement, chargé de la ville : François Lamy
Ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères, chargé des affaires européennes : Bernard Cazeneuve
Ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargé des personnes âgées et de la dépendance : Michèle Delaunay
Ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée de l’artisanat et du tourisme : Sylvia Pinel
Ministre délégué auprès du ministre de l’économie, des finances et du commerce extérieur, chargé de l’économie sociale : Benoît Hamon
Ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille : Dominique Bertinotti
Ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes handicapées : Marie-Arlette Carlotti
Ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères, chargé du développement : Pascal Canfin
Ministre déléguée auprès du ministre des affaires étrangères, chargée des Français de l’étranger et de la francophonie : Yamina Benguigui
Ministre délégué auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergiechargé des transports et de l’économie maritime : Frédéric Cuvillier
Ministre déléguée auprès du ministre du ministre de l’économie, des finances et du commerce extérieur, chargée des PME et de l’innovation de l’économie numérique : Fleur Pellerin
Ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants : Kader Arif

Leurs parcours…

Laurent Fabius, 65 ans
Il a soutenu Martine Aubry lors de la primaire socialiste.
Il fut déjà ministre à trois reprises : ministre délégué au budget (1981-1983) et ministre de l’industrie et de la recherche (1983-1984), dans les gouvernements de Pierre Mauroy, sous la présidence de François Mitterrand – dont il fut le premier ministre (1984-1986) – puis ministre de l’économie, des finances et de l’industrie (2000-2002), dans le gouvernement de Lionel Jospin, sous la présidence de Jacques Chirac.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter son siège de député de la 4e circonscription de la Seine-Maritime.

Vincent Peillon, 51 ans
Ce professeur de philosophie était membre de l’équipe de campagne de François Hollande.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter le parlement européen.

Christiane Taubira, 60 ans
Membre de l’équipe de campagne de Ségolène Royal en 2007, elle a soutenu Arnaud Montebourg lors de la primaire socialiste, en 2011.
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter son siège de député de la 1e circonscription de la Guyane.

Pierre Moscovici, 54 ans
Il était directeur de la campagne de François Hollande.
Il fut déjà ministre chargé des Affaires européennes (1997-2002), dans le gouvernement de Lionel Jospin, sous la présidence de Jacques Chirac.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter son siège de député de la 4e circonscription du Doubs.

Marisol Touraine, 53 ans
Elle était membre de l’équipe de campagne de François Hollande.
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter la présidence du conseil général d’Indre et Loire et son siège de député de la 3e circonscription d’Indre et Loire.

Cécile Duflot, 37 ans
La secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts a d’ores et déjà annoncé qu’elle quitterait ce poste après les législatives.

Manuel Valls, 49 ans
Arrivé en quatrième position lors du premier tour de la primaire socialiste, il s’est immédiatement rallié à François Hollande, qui l’a ensuite nommé directeur de la communication de sa campagne.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter la mairie d’Evry et son siège de député de la 1e circonscription de l’Essonne.

Nicole Bricq, 64 ans
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter son siège de sénatrice de Seine-et-Marne.

Arnaud Montebourg, 49 ans
Porte-parole de Ségolène Royal, en 2007, il a déclaré « Ségolène Royal n’a qu’un seul défaut. C’est son compagnon ». En 2011, il était le « troisième homme » de la primaire socialiste.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter la présidence du conseil général de Saône-et-Loire et son siège de député de la  6e circonscription de Saône-et-Loire.

Michel Sapin,60 ans
Il était membre de l’équipe de campagne de François Hollande.
Il fut déjà ministre à trois reprises : ministre délégué auprès du garde des sceaux (1991-1991) et ministre de l’économie et des finances (1992-1993), respectivement dans les gouvernements de Michel Rocard puis de Pierre Bérégovoy, sous la présidence de François Mitterrand, puis ministre de la Fonction publique et de la réforme de l’État (2000-2002), dans le gouvernement de Lionel Jospin, sous la présidence de Jacques Chirac.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter la mairie d’Argenton sur Creuse et son siège de député de la 1e circonscription de l’Indre.

Jean-Yves Le Drian, 64 ans
Il était membre de l’équipe de campagne de François Hollande.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter la présidence du conseil régional de Bretagne.

Marie-Arlette Carlotti et Aurélie Filippetti lors du meeting de François Hollande à Marseille.

Aurélie Filippetti, 38 ans
Cette enseignante a débuté sa carrière politique chez les Verts avant de rejoindre le PS et l’équipe de campagne de Ségolène Royal, en 2006, puis celle de François Hollande, en 2011.
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter son siège de député de la 8e circonscription de la Moselle.

Geneviève Fioraso, 57 ans
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter son siège de député de la 1e circonscription de l’Isère.

Najat Vallaud-Belkacem, 34 ans
Porte-parole de Ségolène Royal, candidate à l’élection présidentielle, en 2007, puis à la primaire socialiste, en 2011, elle devient celle de François Hollande après la victoire de ce dernier.
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter son siège au conseil général du Rhône et son poste d’adjointe au maire de Lyon.

Stéphane Le Foll, 52 ans
Il était membre de l’équipe de François Hollande, dont il fut le directeur de campagne lors de la primaire socialiste, en 2011.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter le parlement européen.

Marylise Lebranchu, 65 ans
Elle fut déjà ministre de la justice garde des sceaux (2000-2002), dans le gouvernement de Lionel Jospin, sous la présidence de Jacques Chirac.

Victorin Lurel, 60 ans
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter la présidence du conseil régional de la Guadeloupe son siège de député de la 4e circonscription de la Guadeloupe.

Valérie Fourneyron, 52 ans
Elle était membre de l’équipe de campagne de Martine Aubry pour la primaire socialiste.
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter la mairie de Rouen et son siège de député de la 1e circonscription de la Seine-Maritime.

Jérôme Cahuzac, 59 ans
Il était membre de l’équipe de campagne de François Hollande.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter son siège de député de la 3e circonscription de Lot-et-Garonne.

George Pau-Langevin, 63 ans
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter son siège de député de la 21e circonscription de Paris.

Alain Vidalies, 61 ans
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter son siège de député de la 1e circonscription des Landes.

Delphine Batho, 39 ans
Elle était l’un des porte-paroles de François Hollande lors de la campagne.
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter son siège de député de la 2e circonscription des Deux-Sèvres.

François Lamy, 52 ans
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter la mairie de Palaiseau et son siège de député de la 6e circonscription de l’Essonne.

Bernard Cazeneuve, 48 ans
Il était l’un des porte-paroles de François Hollande lors de la campagne.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter la mairie de Cherbourg-Octeville et son siège de député de la 5e circonscription de la Manche.

Michèle Delaunay, 65 ans
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter le conseil général du 2e canton de Bordeaux et son siège de député de la 2e circonscription de Gironde.

Sylvia Pinel, 34 ans
Elle n’est pas issue du PS mais du Parti radical de gauche.
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter son siège de député de la 2e circonscription de Tarn-et-Garonne.

Benoît Hamon, 44 ans
Il est porte parole du Parti Socialiste.
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter le conseil régional d’Ile de France.

Dominique Bertinotti, 58 ans
Elle était directrice de campagne de Ségolène Royal lors de la primaire socialiste en 2011.

Marie-Arlette Carlotti, 60 ans
Elle était membre de l’équipe de campagne de François Hollande.
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter le conseil régional PACA et le conseil général des Bouches-du-Rhône.

Pascal Canfin, 37 ans
Cet enseignant n’est pas issu du Parti Socialiste mais d’Europe Ecologie-Les Verts
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter le parlement européen.

Yamina Benguigui, 55 ans
Elle est réalisatrice.
Pour intégrer le gouvernement, elle devrait quitter son poste d’ adjointe à la mairie de Paris.

Frédéric Cuvillier, 43 ans
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter la mairie de Boulogne-sur-Mer et le conseiller général du canton du Portel.

Fleur Pellerin, 38 ans
Cette magistrate à la Cour des comptes, non encarté au Parti Socialiste, était membre de l’équipe de campagne de Lionel Jospin, en 2002, de Ségolène Royal, en 2007 et de François Hollande, en 2012.
Elle était membre de l’équipe de campagne de François Hollande.

Kader Arif, 52 ans
Pour intégrer le gouvernement, il devrait quitter le parlement européen.

François Hollande : « Le seul moyen de changer, c’est de changer de président »…

14 Mar

François Hollande

« Le seul moyen de changer, c’est de changer de président, c’est de changer de politique » a déclaré François Hollande lors de son meeting au Dôme de Marseille, devant près de 10 000 personnes. Le candidat PS a prôné le changement, inscrit dans son slogan de campagne et s’est positionné aux antipodes de son adversaire : « Mon premier devoir si je deviens chef de l’État, c’est de protéger les faibles ».

Marseille…

Ce rassemblement, Aurélie Filippetti, député de Moselle et Marie-Arlette Carlotti, conseillère régionale PACA – qui ont animé le début du meeting – l’ont dédié, tout d’abord, aux Fralib, « en lutte depuis 534 jours », mais aussi aux salariés de LyondellBasell et de Net Cacao et aux marins de la SNCM. Ainsi lorsque François Hollande a pris la parole, il a commencé par parler de la cité phocéenne. « J’aime Marseille parce qu’elle est la France ». Une ville que le député de Corrèze a assocé à l’hymne national avant d’aborder les problèmes de chômage et de sécurité qui la touche particulièrement. En 2013, « Je souhaite être le président de la république qui, ici, inaugurera la capitale européenne de la culture » a lancé le candidat, avant de clore sa parenthèse marseillaise.

Manuel Valls

François Hollande s’est ensuite longuement adressé à la jeunesse, qui « n’est pas un fardeau, c’est une chance pour le peuple ». L’occasion d’énoncer certaines de ses propositions, comme le contrat de génération. « Je créerai 150 000 emplois jeunes et je les affecterai essentiellement dans les quartiers ou il y a du chômage ». Pour ceux qui sont déjà sur le marché du travail, le candidat a insisté sur le droit à la formation, notamment pour les personnes qui « ont une faible formation ». François Hollande a reçu une chaleureuse ovation lorsqu’il a abordé le départ à la retraite à 60 ans, pour les travailleurs qui auront cotisé 41 ans.

Puisque le changement que souhaite incarner François Hollande passe par la république, il s’est attardé sur une notion au centre des débats de l’élection présidentielle : la laïcité, « indispensable à la république sociale que je promets de protéger, de défendre contre les assauts ». A cet effet, le candidat veut insérer la loi de séparation de l’église et de l’État de 1905 dans la Constitution. En outre, au delà de changer la France, le député de Corrèze souhaite « changer l’Europe, non pas en nous séparant d’elle, mais en changeant son orientation ». L’Union Européenne ne devrait pas, selon lui, se réduire à des plans d’austérité ou de rigueur.

Ils sont venus…

Marie-Arlette Carlotti et Aurélie Filippetti

Alors qu’il a longuement fustigé son adversaire dans son discours, les deux candidat à la présidence avaient en commun la présence de personnalités dans leurs auditoires. Comme a Villepinte, dimanche, pour le meeting de Nicolas Sarkozy, le candidat PS s’est exprimé devant un parterre de personnalités dont Marc Thiecelin, Charles Berling, Thierry Rey, Pape Diouf, Gérald Dahan des acteurs de Plus belle la vie et Christophe Malavoy, qui a été le premier a prendre la parole sur scène pour « dire du bien d’un candidat qui veut faire du bien à la France ». Du coté des politiques, Michel Vauzelle, président du conseil régional PACA, Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l’assemblée nationale et Manuel Valls se sont exprimés sur scène avant le discours du candidat, tandis qu’Élisabeth Guigou était présente dans l’assistance.

Avec la victoire de François Mitterand, en 1981, en filigrane tout au long du meeting et en insistant sur l’importance de se déplacer dans les urnes dès le premier tour, le candidat du PS a déclaré « la victoire, nous irons la chercher parce que nous en serons dignes ». François Hollande s’est positionné en candidat du changement en émiettant ses 60 propositions pour la France tout au long de son discours. « Tout sera dit et tout ce qui sera dit, sera fait » a -t-il assuré.  

Retrouver plus de photos du meeting