Archive | août, 2011

Un maire avant ce week-end au Barcarès…

29 Août

Alain Ferrand et Marie Roses après l'annonce des résultats

Après l’élection hier au premier tour du scrutin d’Alain Ferrand, le conseil municipal devrait élire son maire et ses adjoints samedi à 11h. La date pourrait changer mais la commune aura un nouveau maire au plus tôt vendredi et au plus tard dimanche. D’ici là, comme en 1995, cette élection devrait faire l’objet d’un recours puisque les candidats malheureux pourraient en déposer un.

Les listes « Continuons ensemble », « Le citoyen Barcarésien » et « Vers un nouveau départ » ont respectivement obtenu 20, 4 et 3 sièges. Le conseil municipal est donc composé d’Alain Ferrand, Marie Roses, Frédéric Aloy, Marie-Hélène Charles, Robert Alcaras, Colette Leroy, Pierre Sala, Micheline Martinez, Jean-Louis Merignac-Ferrie, Colette Detaux, André Galaup, Françoise Peltier, Georges Badie, Marie Duggaud, Loïc Tomissi, Paule Du Mouza, Martial Guerin, Laura Fabiau, Jean-Marie Pacifico, Francine Martins, Jean-Louis Disaro, Sabine Muller, Régis Bedos, Christine Ribière, Véronique Pastoureau, Alain Cyprien et Francine Millot. Le doyen présidera le conseil municipal jusqu’à l’élection du maire.

Les résultats des municipales partielles du Barcarès…

28 Août

« Je n’ai pas grand mérite aujourd’hui parce que cette victoire, vous le savez tous, je la dois à Joëlle » clame Alain Ferrand alors qu’il s’apprête à prendre la succession de son épouse. « C’est vrai que cette décision de justice a été dure, mais aujourd’hui, c’est votre justice qui a parlé » avoue avec émotion l’ancienne maire.

Le nouvel élu barcarèsien remercie ceux qui sont présent ce soir : Marie José Amigou et Joseph Puig, qui l’a soutenu durant toute la campagne. Ce dernier félicite les Barcarésiens d’avoir élu un maire « honnête ».

« C’est une victoire sur la délation et la médisance » insiste Alain Ferrand, avant d’ajouter qu’il n’y a pas de clan mais seulement une « famille de barcarésiens ». Avant d’inviter la population à fêter la victoire au Marina, l’élu explique « dans la vie, on ne construit rien en attaquant les gens ».

Les résultats…

4 877 inscrits
3 058 votants soit 62.7% de participation

« Continuons ensemble », Alain Ferrand : 1 547 voix (52.51%)
« Vers un nouveau départ », Véronique Pastoureau : 674 voix (22.88%)
« Le citoyen Barcarésien », Jean-Louis Disaro : 725 voix (24.61%)

bureau de vote n°1 – hôtel de ville
1 053 inscrits
675 votants     soit 64.10% de participation
18 votes blancs ou nuls

« Continuons ensemble », Alain Ferrand : 357 voix (52.89%)
« Vers un nouveau départ », Véronique Pastoureau : 120 voix (17.78%)
« Le citoyen Barcarésien », Jean-Louis Disaro : 180 voix (26.67%)

bureau de vote n°2 – Mas de l’Ille
1 082 inscrits
709 votants     soit 66.14% de participation
28 votes blancs ou nuls

« Continuons ensemble », Alain Ferrand : 337 voix (45.53%)
« Vers un nouveau départ », Véronique Pastoureau : 187 voix (26.37%)
« Le citoyen Barcarésien », Jean-Louis Disaro : 157 voix (22.14%)

bureau de vote n°3 – hôtel de ville
1 415 inscrits
975 votants     soit 68.90% de participation
39 votes blancs ou nuls

« Continuons ensemble », Alain Ferrand : 497 voix (50.97%)
« Vers un nouveau départ », Véronique Pastoureau : 238 voix (24.41%)
« Le citoyen Barcarésien », Jean-Louis Disaro : 201 voix (20.61%)

bureau de vote n°4 – Mas de l’Ille
1 337 inscrits
699 votants     soit 52.28% de participation
27 votes blancs ou nuls

« Continuons ensemble », Alain Ferrand : 356 voix (50.93%)
« Vers un nouveau départ », Véronique Pastoureau : 129 voix (18.45%)
« Le citoyen Barcarésien », Jean-Louis Disaro : 187 voix (26.75%)

Le 5e salon du savoir-faire pied-noir s’est achevé…

28 Août

Le 5e salon du savoir-faire pied-noir accueillait aujourd’hui les partis de droite. Très remarqué, Elie Aboud, député de l’Hérault et président de la commission nationale des rapatriés, au palais Bourbon a fait le tour des stands. Dans les allées en plus de s’intéresser au savoir-faire, il répondait à toutes les interrogations des quelques personnes présentes ce jour.

Si hier pour la venue de Marine Le Pen, les allées étaient pleines, les délégations des partis de droites n’ont pas eu le même succès. C’est dans cette ambiance intimiste, que Denise Landry, membre de l’U.S.D.I.F.R.A. et présente depuis le début du salon, a remplacé au pied levé celui qui devait à l’origine représenter le Parti Radical Valoisien de Jean-Louis Borloo. Pendant que la fanfare jouait, elle en a profité pour acheter un livre sur l’Algérie.

Du côté de Debout la république, Henri Temple arrivé le premier la matin, s’est fait très discret par la suite. Malgré l’affluence en baisse par rapport à la veille, le salon a pu compter sur la présence de deux bureaux de vote dans l’enceinte du Mas de l’Ille pour pallier l’absence de « vedette ».

Messaoud Gadi, un poète au salon…

Messaoud Gadi sur son stand

Messaoud Gadi était présent sur le 5e salon du savoir-faire pied noir pour présenter ses recueils de poèmes. 

Ce fils de harki, né à Palestro, a grandi dans un camp « entouré de fils barbelés » à Saint Maurice l’Ardoise (Gard). Il exerce aujourd’hui la profession de fonctionnaire territorial mais il n’a cessé d’écrire des poèmes depuis le collège. Au salon, il présente les deux tomes de son ouvrage A travers les mots « le premier est une approche, le second, une affirmation ».

Sur son stand, le poète étale fièrement sa photo avec miss Loire et un de ses poème traduit en anglais par une association franco-américaine. Habitué des salons, Messaoud Gadi est aussi actif sur internet avec son site (www.gadi-site.fr). Toutefois avec sa philosophie « la vie est une passerelle entre gens de bien », il n’a pas hésité à interpeler le député Elie Aboud et a dédicacé six livres avant la mi-journée.

Le salon terminé, le poète n’a pas fini de promouvoir son « savoir-faire », il s’attaquera bientôt à la fête du livre de Colmar.

Marine Le Pen : « Ce qui m’importe, c’est d’atteindre le second tour »…

27 Août

Marine Le Pen s’est rendue aujourd’hui au 5e salon du savoir-faire pieds-noirs avant de partir demain pour la capitale afin de commencer sa campagne.

La présidentielle de 2012…

Outre son soutien aux rapatriés, la candidate s’est exprimée sur le président de la république et la prochaine élection présidentielle. « A l’enthousiasme a succédé une profonde déception à l’égard de Nicolas Sarkozy » considère la président du Front National. De plus, « son mandat est inutile » estime-t-elle « puisque tout ce qu’il a fait, il le défait en fin de mandat ». La candidate a également fait part de son souhait quant à la future élection : « Ce qui m’importe, c’est d’atteindre le second tour pour proposer un véritable choix ».

Les rapatriés…

Si Marine Le Pen était présente aujourd’hui au Barcarès c’est pour « transmettre aux pieds-noirs la solidarité qui est la notre et l’affection que nous leur portons ». Elle est fière de pouvoir dire « mon père a agit ». Jean-Marie Le Pen fut en 1956, l’un des trois députés, avec Jean-Maurice Demarquet et Pierre Clostermann, qui ont quitté l’assemblée nationale après avoir voté le rappel de500 000 jeunes en Algérie.

Les municipales du Barcarès…

La présidente du Front National ne porte aucun regard sur les élections qui se tiendront demain dans la commune. Elle est néanmoins « opposée, pour les avoir subi à des élections partielles au mois d’août ». Louis Aliot souligne, par ailleurs, que si les élections avaient attendu septembre « le FN aurait pu proposer une liste ».

Le prochain déplacement de la présidente du FN est prévu les 10 et 11 septembre à Nice.

Le 5e salon du savoir faire pied-noir bat son plein…

27 Août

Le 5e salon du savoir-faire pied-noir s’est ouvert hier au Mas de l’Ille. L’U.S.D.I.F.RA. (Union Syndicale de Défense des Intérêts des Français Repliés d’Algérie et d’Outre-mer) a convié tous les candidats à l’élection présidentielle de 2012. Seule Marine Le Pen, présidente du Front National a répondu présente à l’invitation, pour le présent. Le Parti Socialiste convié hier, n’a envoyé aucune délégation tandis que des députés de l’UMP et Débout la république se rendront demain au Mas de l’Ille.

« Le combat est loin d’être terminé »…

« On a été trahi, trompé et volé », considère Gabriel Mène, président de l’U.S.D.I.F.R.A. avant d’ajouter : « je demande que toutes les promesses soient tenues avant les élections ». Le combat de l’association n’est pas terminé pour son président. C’est également ce qu’affirme le vice président du FN : « avec vous aujourd’hui est derrière vous demain, nous continuerons le combat ». « Tous les jours, c’est la marseillaise qu’on siffle et le drapeau du FLN que l’on brandit dans la rue, cette situation ne peut perdurer » estime Louis Aliot.

Lorsque le président de l’U.S.D.I.F.R.A. donne la parole à Marine Le Pen, c’est avec beaucoup d’émotion puisque « son père a été le premier à signer notre livre d’or en 1957 ». Après un rappel des historiques, la candidate annonce « si je suis élue présidente de la république, je résoudrais définitivement tous les problèmes liés aux rapatriés : j’exigerai le respect de vos morts, je bannirai la date du 19 mars 1962 (date de la fin de la guerre d’Algérie) et je ferai voter l’alinéa 2 de l’article 4 de la loi du 23 février 1985, supprimé en 2006 ». Cet article donnait une place aux « événements d’Algérie » dans les livres d’Histoire.

Le dépôt de gerbe…

La journée a débuté par un dépôt de gerbe à la stèle des rapatriés en présence de Marine Le Pen et Louis Aliot, vice-président du FN. Dans la foule intimiste se mêlaient les élus Barcarèsiens et les candidats. Frédéric Aloy, conseiller municipal s’est exprimé en tant que fils de Pierre Aloy, président de l’amicale des pieds-noirs du Barcarès et Michel Carminati, premier adjoint, a interprété Les Africains. De leurs côtés, Alain Ferrand et Véronique Pastoureau ont simplement assisté à l’évènement clos par un lâché de colombes.

Le salon…

Crée en 2007, le salon a pour but de faire connaitre les ressources de la communauté des Français repliés d’Algérie et des rapatriés d’Afrique du Nord. Des fleurs, des livres, des assiettes, des vitraux ou encore des spécialités gastronomiques agrémentaient les différents stands. Après avoir flâné dans les allées du Mas de l’Ille, 300 personnes inscrites à l’avance, ont mangé un couscous royal pour le déjeuner. Mais aujourd’hui, c’est sans contexte la venue de Marine Le Pen qui a déplacé la foule, notamment pour son discours cet après midi.

Les Rugbymen : si on gagne, c’est le gâteau sur la cerise !

24 Août

Si on gagne, c’est le gâteau sur la cerise !, le nouveau tome de la Bande Dessinée Les Rugbymen est paru aujourd’hui. Dans ce neuvième numéro, les stars du ballon ovale doivent aller chercher le fidjien Sossatoulépa, meilleur jouer de l’équipe qu’ils doivent affronter pour le premier match de la saison. Une fois la mission accompli, le coup d’envoi est donné…

Le Paillar Athletic Club compte dans ses rangs de vrais caricatures de rugbymen, tous très professionnels dans leur poste, comme La Couâne, le pilier qui « aime le jambon et la saucisse et tout ce qui se mange en général… » Entre matchs, entraînements, 3e mi-temps et quotidien, le rugby est mis à toutes les sauces.

Dans les rencontres successives, l’accent est souvent mis sur le « fair-play » des quinzistes qui rêvent d’une seule chose : la bagarre. « Quand on est rugbyman, on l’est dans tous les sports ! » déclare le 3e ligne, Le Sécateur. Cet état d’esprit est surtout ancré dans le quotidien des sportifs, de leurs familles mais aussi des supporters. Moqueur sans être sarcastique, Béka transforme l’essai avec ce neuvième volume des rugbymen.  

La mairie en héritage…

22 Août

Le 23 mars 1929, le Barcarès prend son indépendance. Si les six premiers maires de la commune n’ont aucun lien de parenté, le siège se transmettra ensuite de père au fils puis du mari à l’épouse…

D’abord, il y a eu Albert Got, maire du Barcarès pendant 30 ans. Lorsqu’il se retire en 1983, Yvon Blanc lui succède. Alors qu’il briguait un second mandat en 1989, le maire sortant n’ayant pas été réélu dès le premier tour, se retire avant le second. Six ans après son père, Claude Got remporte la mairie contre Alain Ferrand, qui faisait alors ses premiers pas en politique. Néanmoins, le pharmacien n’aura pas la longévité de son père dans le siège de premier magistrat de la ville.

En 1995, changement de cap… Alain Ferrand bat le maire sortant et malgré un recours monte sur le siège d’édile. Devenu inéligible en 1999, une élection est organisée : trois sièges vacants dans le conseil municipal sont à pouvoir pour l’élection du nouveau maire. Joëlle Ferrand appartenant au trio féminin élu, prend la succession de son époux. La première mairesse du Barcarès sera réélue en 2001 et 2008.

Coup de théâtre juin dernier… Madame le maire a démissionné avant d’être condamnée à cinq ans d’inéligibilité. Alain Ferrand remonte sur la scène politique et entre en campagne avec le conseil municipal sortant…

La famille Got garde une longueur d’avance avec 36 ans passés à l’hôtel de ville, le clan Ferrand ne cumule à ce jour que 16 ans, mais ce n’est peut-être pas fini. La réponse dans les urnes dès dimanche…

Retrouvez les résultats du premier tour de l’élection municipale, dimanche soir, sur ce blog…