Tag Archives: festival

Le festival de Cannes en mode clôture…

26 Mai

Cannes-2013Le 66e festival de Cannes est clos. Allant à l’encontre des us et coutumes, le jury présidé par Steven Spielberg a décerné la Palme d’or conjointement au réalisateur Abedellatif Kechiche et aux actrices Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos pour La vie d’Adèle. Un film français n’avait pas reçu cette récompense suprême depuis la consécration d’Entre les murs en 2008. 

Alors que Michael Douglas était donné favori pour le prix d’interprétation masculine dans Ma vie avec Liberace, c’est Bruce Dern qui a été récompensé pour Nebraska. Le réalisateur Alexander Payne est venu récupérer le prix pour l’acteur absent à Cannes.  Les actrices étaient nombreuses en lice pour le prix d’interprétation féminine et c’est Bérénice Bejo qui a été récompensée pour son rôle dans Le passé.

Le palmarès…

Palme d’or :
Abedellatif Kechiche, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos pour La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche – remis par l’actrice américaine Uma Thurman

Prix d’interprétation masculine :
Bruce Dern pour Nebraska d’Alexander Payne – remis par l’actrice française Laetitia Casta

Prix d’interprétation féminine :
Bérénice Bejo pour Le passé d’Asghar Farhadi – remis par l’acteur britannique Orlando Bloom

Grand prix du jury :
Inside Llewyn Davis d’Ethan et Joel Coen – remis par l’actrice américaine Kim Novak

Prix du jury :
Tel père, tel fils de Kore-Eda Hirozaku – remis par l’actrice espagnole Rossy de Palma

Prix du scénario :
A Touch Of Sin de Jia Zhangke – remis par l’actrice italienne Asia Argento

Prix de la mise en scène :
Amat Escalante pour Heli – remis par l’acteur américain Forest Whitaker

Caméra d’or :
Ilo Ilo d’Anthony Chen – remis par la réalisatrice française Agnès Varda et l’actrice chinoise Zhang Ziyi

Palme d’or du court métrage :
Safe de Byoung-gon Moon – remis par la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion et l’acteur danois Mads Mikkelsen

Lire la suite

Publicités

Le festival de Cannes en mode photocall…

25 Mai

Tom HiddlestonLe photocall est un passage obligatoire pour toutes les équipes des films de la sélection officielle du festival de Cannes. Généralement organisé en préambule de la conférence de presse, cette séance photo est le point de départ de la présentation d’un film en compétition. Pour rejoindre ce lieu au décor unique caché par une bâche blanche, l’équipe du film effectue sa première montée des marches cannoise. Les photographes accrédités attendent le réalisateur et ses acteurs au dessus du Palais des Festivals.

Tom Hiddleston et Tilda Swinton ont fait le show ce samedi 25 mai 2013, à leur arrivée au Palais des Festivals pour le photocall d’Only lovers left alive. Happé par une foule qui scandait son prénom, Tom Hiddleston s’est laissé emporter dans une séance photo improvisée. L’acteur britannique a salué les paparazzi avant que sa partenaire dans le film de Jim Jarmusch ne le rejoigne. Après une longue accolade sous les objectifs des badauds heureux, Tilda Swinton est également allée à la rencontre du public présent derrière les barrières. Les deux comédiens ont ensuite gravi les marches latérales du Palais des Festivals et rejoint les photographes qui les attendaient. Roman Polanski, Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric les avaient précédé, pour présenter La Vénus à la fourrure.

Retrouvez plus de photos de l’arrivée de Tom Hiddleston et Tilda Swinton au photocall

Le festival de Cannes en mode jeune réalisateur…

21 Mai

Guillaume Gallienne a vécu lundi 20 mai 2013 un marathon cannois. Le sociétaire de la Comédie Française a présenté son premier film derrière la caméra Guillaume et les garçons à table !, sélectionné dans la Quinzaine des réalisateurs. Le comédien a partagé cette folle journée cannoise rythmée par les interviews et les projections sur Twitter.

Revivez la journée cannoise du jeune réalisateur

Le festival de Cannes en mode « groupie » sous la pluie…

19 Mai

D’hôtel en hôtel, derrière des barrières, le festival de Cannes se fait en mode « groupie » pour Bérénice. Véritable inconditionnelle d’Eva Longoria, l’étudiante marseillaise a bravé les intempéries samedi 18 mai 2013.

photocallHabituée du festival de Cannes depuis sa plus tendre enfance, Bérénice veut innover cette année et tenter de photographier les acteurs qui se rendent au photocall. Excitée à la vue d’un cortège de voitures noires estampillées festival de Cannes, elle court à toute vitesse dans les flaques oubliant même de conserver son parapluie au dessus de sa tête. Quelques échelles et escabeaux sont attachés aux barrières, mais ils ne sont que huit à hurler « Mathieu !!! » et « Benicio !!! », pour interpeler les deux acteurs venus présenter le film Jimmy P. Quand Misty Upham sort de la dernière voiture, c’est sans bruit que les paparazzi tentent de shooter la jeune femme aux allures de diva.

Plus loin, alors que les personnes accréditées montent les marches du palais des festivals pour une projection, les nombreuses échelles en place face au tapis rouge sont à l’abandon. Un attroupement s’est formé devant l’hôtel JW Marriott. Ce n’est pas l’un des lieux habituels de Bérénice. Elle ignorait même qu’il s’agissait d’un hôtel. Elle prend place sur un coté de cette haie d’honneur qui mêle des adolescentes équipées de simples smartphones et des personnes munis de reflex. Bérénice se fraye un chemin dans cet agglomérat et se place au premier rang. « Vous avez vu qui ? », questionne la jeune fille. Bien qu’elle sache que « sa petite Eva » séjourne au Martinez, il ne faudrait pas rater une star. Surtout pas une star américaine et justement, Bérénice a raté la sortie de David Hasselhoff. La jeune fille se rapproche d’un groupe de paparazzi qui lui paraissent plus chevronnés pour s’enquérir des tuyaux du jour. Soudain, appelée par un complice, une femme part à toute vitesse photographier Lynne Ramsay. Personne n’avait reconnu la réalisatrice britannique, membre du jury qui marchait au milieu de la foule.

Bérénice se fie beaucoup aux hurlements de la meute pour dégainer son appareil photo. Lorsqu’elle entend « Christopher !!! ». Elle se tortille pour photographier l’homme qui rejoint une voiture. Sa position ne lui permet pas d’atteindre le réalisateur Christopher Thompson qui est caché par sa compagne. Le couple passé, Bérénice apprend que la femme qu’elle n’a pas voulu photographier n’était autre que la Géraldine Pailhas, à l’affiche de Jeune et jolie, le dernier film de François Ozon présenté en compétition au festival de Cannes. La comédienne discrète malgré ses 25 ans de carrière n’est pas la seule à avoir échappé à la clameur de la foule. En dépit de sa chevelure d’un roux éclatant, l’actrice Andréa Ferréol a également descendu les marches du palace sans être sollicitée.

DSC_3365 Taissa FarmigaSoudain, un convoi de voitures officielles du festival vides déboule sur la Croisette escorté par deux policiers à moto. Bérénice décide de quitter son abri et d’affronter la pluie diluvienne pour suivre les véhicules qui « vont surement au Martinez ». Dans sa filature, la jeune fille perd les voitures de vue et se retrouve devant l’entrée désertée d’un palace cannois, sous un parapluie. La sempiternelle question est posée : « Vous avez vu qui ? ». Trois courageux piétinent sous l’averse. « Une actrice. Je ne sais pas son nom », répond l’un d’eux. Bérénice n’en revient pas. Elle n’avait jamais vu aussi peu de monde devant cet hôtel. « Si Eva sortait et qu’elle ne voyait personne », s’interroge l’étudiante alors que sort de l’hôtel la jeune Taissa Farmiga qui n’attire pas immédiatement l’attention du petit groupe de badauds. Lorsque l’un d’eux la reconnait, tous se mettent à mitrailler la jeune fille à l’affiche de The Bling Ring de Sofia Coppola qui charge ses bagages dans une coccinelle vert pomme. Taissa Farmiga s’enfonce dans le siège de la voiture coté passager et se coiffe d’un chapeau jacou qui lui permet de dissimuler son visage. « Elle se cache ! », s’irrite Bérénice qui n’est pas parvenue à immortaliser cette actrice dont elle ignorait l’existence quelques minutes auparavant. L’agitation n’est pas au rendez-vous devant l’hôtel Martinez, la Marseillaise retourne devant le JW Marriott qui est abrité de la pluie. La foule d’apprentis paparazzi a grossi depuis son départ. Bérénice ne peut plus être aux premières loges. Elle se colle alors aux personnes présentes et discute avec deux jeunes Niçoises. Les jeunes filles comparent leurs butins photographiques en patientant avant la sortie d’une nouvelle star. Regardant le hall de l’hôtel à travers la porte vitrée, Bérénice aperçoit Samy Seghir qui se dirige vers la sortie. Le jeune acteur rebrousse chemin et la foule interpelle Nicolas Vanier. Bérénice ne le reconnait pas et interroge ses voisines qui lui apprennent qu’il a réalisé Belle et Sébastien. « Samy !!! » Les hurlements reprennent lorsque le jeune acteur de Neuilly sa mère apparaît sur le perron. Le jeune homme s’approche timidement de la foule bruyante et se prête au jeu des photographies et des dédicaces.

DSC_3379Une pause cigarette crée ensuite l’euphorie. Les paparazzi ne savent plus ou donner de la tête. Devant l’entrée, sont réunis Shirley Bousquet, Gilles Lellouche et Stéphane Rousseau. Chacun appréhende différemment la foule qui scande son prénom. « Oui, j’arrive, j’arrive ! » Gilles Lellouche se laisse entraîner dans le tourbillon prend la pose et signe des autographes à ceux qui le lui demande. Sans être happée, Shirley Bousquet fait de même, puis Stéphane Rousseau, pressé par le temps, est plus précis, satisfaisant les deux cotés de la haie d’honneur. Malgré la récente exaltation, Bérénice n’oublie pas « Eva » et retourne au Martinez.

Hôtel MartinezMichel Hazanavicius séjourne paisiblement à Cannes, alors qu’elle l’avait aperçu attablé avec Lionel Abelanski dans un café en face du palais des festivals le matin, il discute désormais à coté d’elle à l’entrée piétonne du Martinez, sans être interpelé ou dérangé.  Lorsque le réalisateur de The Artist achève sa conversation et qu’il s’approche de la porte d’entrée, Bérénice assiste à une scène des plus cocasse. Michel Hazanavicius cherche un badge et le présente à la sécurité. Durant la période du festival, les hôtels sont fermés au public et réservés aux clients. Il est impossible, par exemple, d’aller déjeuner dans l’un de ces établissements. 

Les agents de sécurité qui encadrent le ballet des voitures empêchent également les clients d’entrer par l’accès central réservé aux véhicules. Les piétons doivent contourner les barrières, longer les badauds et pénétrer par le l’entrée latérale. Rares sont ceux qui parviennent à passer entre les mailles du filet. Les agents n’hésitent pas à renvoyer sous la pluie ceux qui se trompent de chemin. Sonia Rolland en fait les frais. Bérénice l’aperçoit et l’interpelle. « Oui. Bonjour », répond l’ancienne Miss France tout en poursuivant son chemin.

L'Oréal girlsDevant le Martinez, un homme intrigue Bérénice. Il porte des pancartes avec l’inscription « L’Oréal ». Eva Longoria est présente au festival de Cannes, comme égérie de la marque de cosmétique. L’étudiante marseillaise retrouve plus tard « l’homme aux pancartes » devant le restaurant de l’hôtel. Il guide des voitures officielles et y dépose ses affiches. Bérénice apprend auprès d’une jeune fille que les L’Oréal girls sortiront par ici et qu’Eva Longoria sera dans la quatrième voiture. Au lieu de rester derrière l’une des barrières fermant la rue, comme les quelques autres fans, Bérénice attend de l’autre coté de la route et accourt lorsque « Eva !!! » sort de l’hôtel. Elle joue des coudes et obtient la photo qu’elle voulait. Le but de la journée est atteint. Selon la jeune fille qui a renseigné Bérénice afin qu’elle voit Eva Longoria, le jury doit désormais sortir du Martinez par l’entrée principale. La foule s’est élargit derrière les barrières et la jeune fille ne verra que Paris Hilton. Sur le chemin de la gare, Bérénice assiste à la montée des marches du casting d’Hunger Games noyée dans la masse de parapluies. L’étudiante est désormais une « groupie » aguerrie et trempée jusqu’au os, après une journée de chasse aux stars sous la pluie.

Retrouvez plus de photos du festival de Cannes

La dernière montée des marches…

27 Mai

Le 65e festival de Cannes s’est achevé ce soir sous une pluie battante. Une assemblée de parapluies attendait les stars au pied du palais des festivals pour une montée des marches (voir plus de photos) sous les musiques It’s raining man ou Set fire to the rain.

Michael Haneke et Jean Louis Trintignant sont là, l’assistance y voit le signe de multiples récompenses pour Amour. Kylie Minogue est là aussi, « elle a le prix d’interprétation féminine » pour  Holly Motors, lance un habitué du festival de Cannes agrippé à son appareil photo.

Jean Dujardin et Alexandra Lamy saluent Thierry Frémaux.

Les badauds mouillés et grelottant se sont réchauffés à la vue de « leur » couple phare, Alexandra Lamy et Jean Dujardin, qui se sont attardés sur le tapis pour le plus grand bonheur des spectateurs extérieurs.

Avant l’arrivée des acteurs du film de clôture Thérèse Desqueyroux de Claude Miller, un hommage est rendu au réalisateur décédé le 4 avril dernier. Ses anciens acteurs, Patrick Bruel, Julie Depardieu ou Christine Citti, en haut des marches, saluent la foule.

Enfin, l’équipe du film projeté après la remise des prix, Gilles Lellouche et Audrey Tautou en tête, débarquent sur le tapis rouge. Leur arrivée annonce la fin de la montée des marches. Une musique triste mêlée aux larmes de la veuve du réalisateur, visible sur l’écran géant, déclenche une vague d’émotion sous les parapluies. C’est parti pour la 65e cérémonie de clôture…

Le palmarès…

Palme d’or :
Amour de Michael Haneke – remis par l’actrice française Audrey Tautou et l’acteur américain Adrian Brody

Prix d’interprétation masculine  :
Mads Mikkelsen dans La chasse – remis par l’actrice chinoise Gong Li

Prix d’interprétation féminine  :
Cosmina Stratan et Cristina Flutur dans Au-delà des collines – remis par l’acteur américain Alec Baldwin

Grand prix du jury :
Matteo Garrone pour Reality – remis par l’actrice iranienne Leïla Hatami

Prix du jury :
Ken Loach pour La part des anges – remis par l’actrice italienne Laura Morante et Patrick Bruel

Prix du scénario :
Cristian Mungiu pour Au-delà des collines – remis par l’actrice allemande Nastassja Kinsk

Prix de la mise en scène :
Carlos Reygadas pour Post tenebras – remis par l’actrice française Leïla Bekhti et l’acteur britannique Tim Roth 

Caméra d’or :
Les bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin – remis par l’actrice française Ludivine Sagnier

Prix de la Cinéfondation et des courts-métrages :
Doroga Na (En chemin) de Taisia Igumentseva – remis par la chanteuse/actrice australienne Kylie Minogue et le réalisateur belge Jean-Pierre Dardenne

Le 64e festival de Cannes est clos…

22 Mai

La cérémonie de clôture du 64e festival de Cannes vient de s’achever au palais des festivals. Le palmarès a été dévoilé dans cette cérémonie internationale, dans laquelle la plupart des acteurs et réalisateurs, ne parlant pas français, étaient doublés. A l’image de Robert De Niro qui a tenté de s’adresser à la salle en français mais a confondu « champignons » et « compagnons ». De leurs cotés, Edgar Ramirez, Emir Kusturica et Jane Fonda, venus remettre des prix, ont réussi à s’exprimer dans la langue de Molière. 

La palme d’or a été attribuée à Terrence Malick, réalisateur absent de toute manifestation publique depuis près de trente ans, pour son film The tree of life

Les comédiens Jean Dujardin et Kirsten Dunst ont reçu les prix d’interprétation masculine et féminine. Le premier pour The artist de Michel Hazanavicius, un film muet et en noir et blanc. La seconde pour son rôle dans Melancholia de Lars von Trier, qui devait être tenu par Penélope Cruz à l’origine.

Le palmarès…

Ludivine Sagnier et Michel Gondry remettent le prix du court métrage à Cross country réalisé par Maryna Vroda et attribuent une mention spéciale à Badpakje 46 réalisé par Wannes Destoop.

Marisa Paredes (actrice espagnole) remet la caméra d’or à Las acacias réalisé par Pablo Giorgelli.

Le jury présidé par Robert De Niro (acteur, réalisateur) et composé de Martina Gusman (actrice argentine), Mahamat-Saleh Haroun (réalisateur tchadien), Jude Law (acteur anglais), Nansun Shi (productrice chinoise), Olivier Assayas (réalisateur français), Uma Thurman (actrice américaine), Johnnie To (réalisateur chinois) et Linn Ullmann (écrivain norvégienne) décerne les prix :

Chiara Mastroianni remet le prix du jury à Polisse réalisé par Maiwenn.

Rosario Dawson (actrice américaine) remet le prix du scénario à Joseph Cedar pour Hearat shulayim, absent de la cérémonie.

Edgar Ramirez (acteur vénézuélien) remet le prix d’interprétation féminine à Kirsten Dunst pour Melancholia de Lars Von Trier.

Nicole Garcia (actrice/réalisatrice française) remet le prix de la mise en scène à Nicolas Winding Refn pour Drive.

Catherine Deneuve (actrice française) remet le prix de l’interprétation masculine à Jean Dujardin dans The artist de Michel Hazanavicius

Emir Kusturica (réalisateur serbe) remet le grand prix à Le gamin au vélo réalisé par Jean-Pierre et Luc Dardenne ex aequo avec Bir zamanlar anadolu’da réalisé par Nuri Bilge Ceylan.

Jane Fonda (actrice américaine) remet la palme d’or à The tree of life de Terrence Malick, absent lors de la cérémonie.

Héloïse en vadrouille au festival de Cannes…

18 Mai

Cannes est une ville très étrange durant son festival, dans lequel il est possible de croiser des personnes portant de belles toilettes mais aussi un homme ensanglanté qui se brosse les dents sur la Croisette. Héloïse est partie hier, en virée entre amis au festival de Cannes…

Jean-Paul Belmondo devant le Martinez

Par cette journée ensoleillée, les yeux des cinq amis s’émerveillent dès l’arrivée devant le palais du festival. Au programme en ce jour, une montée des marches avec Jodie Foster et Mel Gibson suivie d’une seconde en l’honneur de Jean Paul Belmondo.

La foule est dense partout dans la ville et plus encore aux abords du célèbre hôtel Martinez devant lequel de nombreux paparazzi en herbe attendent la sortie de stars. La patience est le mot d’ordre des non-festivaliers à Cannes. Le jeu consiste à rester pendant plusieurs heures devant un hôtel jusqu’à apercevoir une vedette qui entre ou sort d’une voiture. « Pourquoi rester devant le Martinez pendant des heures pour des gens qui ne daigneront pas te sourire ? » s’interroge Héloïse devant ce spectacle, avant d’ajouter « Les gens se plaignent de la hiérarchie, mais ce sont eux qui la créent. » Les amis de la demoiselle, eux, se prêtent au jeu et sont à l’affut. Cependant, la patience n’est pas infinie…

Les photographes en herbe en bas des marches

En se promenant sur la Croisette, les vitrines de Chanel, Gucci, Valentino, Armani ou Dolce & Gabbana attirent Héloïse qui voudrait pouvoir tout acheter. Toutefois, ce sont les « autres » qui rendent mal à l’aise la jeune fille « Je n’aime pas les regards snobs des gens. Tu te sens inférieur et c’est horrible. » Et lorsque la jeune marseillaise entre dans une boutique aux prix plus abordables, elle manque de se faire enrôler dans une secte. Le festival de Cannes est « the place to be » pour tout le monde.

Deux heures avant la montée des marches, les amis s’y rendent. Le spectacle est cocasse, en face des marches et derrière les « barricades », des gens attendent munis d’échelles ou d’escabeaux. « Je n’ai pas l’impression d’être au festival en lui même, mais de voir des stars qui en profitent. C ‘est diffèrent » révèle Héloïse avant de quitter trois de ses acolytes au pied des marches. Elle accompagne son amie fan de Nathalie Baye au Grand Journal, dont l’actrice est l’une des invités du soir.

Charlotte Le Bon sur le plateau du Grand Journal

Près de l’entrée VIP qui mène au plateau de l’émission, les deux jeunes filles sont bien placées, elles vont bien voir « Nathalie!!! » descendre de sa voiture et traverser la rue. Mais peu de temps avant l’arrivée de la comédienne, les agents de sécurité de l’émission décident de créer un barrage sur le parcours. Les demoiselles se font doubler et se retrouvent loin des barrières. Héloïse est énervée par le comportement des gens, tandis que son amie est déçue. Une voiture arrive, Nathalie Baye en descend, elle marche jusqu’au plateau, mais les étudiantes ne font que l’entrevoir.

Jodie Foster quitte le plateau du Grand Journal

Dépitées Héloïse et son amie décident de rejoindre la montée des marches et leurs copains restés là bas. La traversée prend une allure de périple. La police est partout, elle « fait son travail, mais pourrait être plus cordiale ». Les jeunes marseillaises se frayent un chemin entre la foule et les passages barrés à cause du cortège de Renault estampillées « festival de Cannes ».

Les stars sont toutes arrivées en haut des marches. Les amis retournent entre le plateau du Grand Journal et le Martinez. Jodie Foster est interviewée par Michel Denisot, puis c’est la cohue à la sortie VIP. L’actrice américaine file jusqu’à la voiture qui l’attend. Pour la seconde fois de la journée, la foule qui scande « Jodie… » est le seul signe permettant aux étudiants marseillais de se rendre compte que la furtive tête blonde est celle de la star américaine.

Clotilde Coureau

A la nuit tombée, un maigre rassemblement admire les belles tenues des jeunes femmes qui sortent d’un palace. Clotilde Coureau et Emmanuel Philibert de Savoie passent le pas de la porte. Après un temps de réflexion, et quelques appels, le prince et la princesse de Savoie viennent jusqu’aux frontières de fer, posent pour des photos et signent des autographes. Sur cette bonne surprise s’achève l’escapade cannoise des jeunes marseillais.

« C’était agréable d’aller à Cannes pendant le festival, mais on repart toujours avec un sentiment de frustration, peut être de jalousie » avoue Héloïse. Malgré quelques déboires et désillusions, les amis sont heureux d’avoir passé cette journée ensemble dans un Cannes loin du glamour, du strass et des paillettes de son 64e festival.