Archive | novembre, 2011

La cuina de Montserrat : Le bras de gitan…

27 Nov

Montserrat adore cuisiner : les plats catalans dont elle a hérité les recettes de sa grand mère ou de purs produits de son imagination. Tout est prétexte à passer derrière les fourneaux pour cette jeune Catalane qui rapporte toujours de nouvelles recettes de ses voyages à l’étranger.

« Avui, Montsé prepara braç de gitano… »

Le bras de gitan est un dessert typiquement catalan.

La crème

Ingrédients :
125g de sucre
4 jaunes d’œuf
500 ml de lait
75g de farine
1 gousse de vanille
1 pincée de cannelle

Battre les jaunes d’œufs et le sucre jusqu’à obtention d’un mélange homogène.

Ajouter peu à peu la farine.

Fendre la gousse de vanille en son milieu. Dans une casserole, porter à ébullition le lait et la gousse de vanille.

Lorsque le lait est chaud, retirer la gousse de vanille et ajouter une pincée de cannelle.

Verser petit à petit le lait dans le mélange précédemment obtenu et remuer.

Verser le mélange obtenu dans la casserole à feu doux jusqu’à ce que la crème épaississe.

Laisser refroidir. La crème doit être froide pour être étalée sur le génoise.

La génoise

Ingrédients :
125g de farine
125g de sucre
5 œuf
1 citron
sucre glace

Préchauffer le four à 210°.

Séparer les jaunes et les blancs des œufs.

Battre les jaunes d’œufs avec le sucre, le jus d’un citron et le zeste de la moitié d’un citron.

Ajouter peu à peu la farine.

Monter les blancs en neige avec une pincée de sel.

Incorporer délicatement les blancs au mélange obtenu.

Verser la préparation sur une plaque rectangulaire préalablement recouverte de papier sulfurisé.

Enfourner pendant une dizaine de minutes.

Retourner la génoise sur un torchon humide.

Étaler la crème sur la génoise.

Rouler la génoise en serrant avec le torchon.

Saupoudrer de sucre glace.

 

Le Vieux-Port s’embrase pour le lancement des illuminations de Noël…

25 Nov

Jean-Claude Gaudin a donné le coup d’envoi des illuminations de Noël, ce soir, à Marseille. Depuis le balcon de l’hôtel de ville, le sénateur-maire a assisté au feu d’artifice lancé depuis le Vieux-Port qui marquait le début des illuminations de Noël.

Face à la mairie une poignée de curieux attendait l’évènement. Un homme s’arrête par hasard devant la mairie à cause de la foule massée sur le balcon et déplore « le manque de communication de la ville sur le lancement des illuminations ». D’un autre coté, une femme a une opinion sur la faible densité de personnes face à l’hôtel de ville : « C’est trop tôt. On est en novembre, les gens ne pensent pas encore à Noël ».

Après que le Vieux-Port se soit embrasé, les mines dépités, la maigre foule se dissémine, déçue du coté expéditif de l’évènement. Le lancement des illuminations marque à Marseille la dernière étape vers les festivités de Noël. Le marché de Noël, la Foire aux Santons et les manèges et attractions pour les enfants sont déjà installés depuis le 19 novembre et resteront en place jusqu’au 31 décembre. Les illuminations, quant à elle, brilleront dans les rues de la cité phocéenne jusqu’au 15 janvier.  

La cuina de Montserrat : Les beignets d’aubergine…

20 Nov

DSC_1043Montserrat adore cuisiner : les plats catalans dont elle a hérité les recettes de sa grand mère ou de purs produits de son imagination. Tout est prétexte à passer derrière les fourneaux pour cette jeune Catalane qui rapporte toujours de nouvelles recettes de ses voyages à l’étranger.

« Avui, Montsé prepara albergínia fregida… »

Ingrédients :
4 aubergines
150g de farine
3 œufs

Rincer les aubergines et couper en rondelles d’un centimètre d’épaisseur au maximum.

Mettre les rondelles dans le saladier contenant la farine.

Mélanger les aubergines et la farine afin que chaque rondelle soit enrobée. Ne pas hésiter à mettre les mains dans le saladier.

Mettre l’huile à chauffer dans une poêle.

Casser trois œufs dans une assiette. Les battre en omelette.

Plonger les rondelles farinées une à une dans les œufs et les recouvrir entièrement.

Quand l’huile est chaude, mettre les rondelles dans la poêle.

Faire revenir les rondelles des deux cotés et les sortir avec une fourchette.

Les mettre sur une assiette recouverte de papier absorbant.

Lorsque l’assiette est pleine, recouvrir les rondelles d’un papier absorbant et continuer à mettre les beignets.

Servir chaud ou froid.

Tristane Banon dédicace…

16 Nov

Tristane Banon sera à Perpignan, ce samedi 19 novembre 2011. La romancière est attendue pour une séance de dédicace à 15h, à la FNAC. 

La journaliste publie Le bal des hypocrites (Au Diable Vauvert), dans lequel elle retrace l’« affaire ». Des premières accusations à l’encontre de Dominique Strauss-Kahn au dépôt de sa plainte pour tentative de viol le 4 juillet 2011, ce récit est un nouvel exutoire pour la journaliste après que le parquet de Paris ait classé sans suite sa plainte contre DSK le 13 octobre dernier.

Tristane Banon est également l’auteur d’un essai : Erreurs avouées… (au masculin) (Anne Carrière) et de trois romans largement inspirés de sa propre vie : J’ai oublié de la tuer (Anne Carrière), Trapéziste (Anne Carrière) et Daddy Frénésie (Plon).

La cuina de Montserrat : Le petit-déjeuner typiquement espagnol…

13 Nov

Montserrat adore cuisiner : les plats catalans dont elle a hérité les recettes de sa grand mère ou de purs produits de son imagination. Tout est prétexte à passer derrière les fourneaux pour cette jeune Catalane qui rapporte toujours de nouvelles recettes de ses voyages à l’étranger.

« Avui, Montsé prepara xurros ambxocolata espès... »

Les churros trempés dans du chocolat épais constituent le petit-déjeuner typiquement espagnol.

Les churros

Ingrédients :
1 verre d’eau
1 verre de farine
1 pincée de sel

Faire bouillir l’eau avec une pincée de sel.

Mettre le verre de farine dans un saladier, verser l’eau bouillante et remuer.

Mettre la pâte dans l’appareil.

Laisser tomber le churros dans l’huile d’une friteuse ou d’une poêle.

Lorsque le churros est à la bonne longueur, couper la pâte avec un ciseau.

Lorsque le churros est doré, le retirer avec une écumoire et le poser sur une assiette sur laquelle est disposé du papier absorbant.

Le chocolat épais

Ingrédients :
250 ml de lait
10 g de maïzena
30 g de sucre
20 g de cacao en poudre

Déposer le cacao en poudre dans un verre, ajouter un peu de lait et mélangez jusqu’à l’obtention d’un mélange lisse et onctueux.

Faire chauffer le reste de lait dans une casserole et ajouter le mélange cacaoté et le sucre. Remuer avec un fouet.

Dans un verre, verser 3 cuillères à soupe de lait cacaoté emprunté à la casserole et ajouter la maïzena.

Mélanger jusqu’à l’obtention d’un mélange lisse et onctueux.

Verser le mélange dans la casserole sur feu moyen et remuer vivement avec le fouet.

Les Indignés enterrent une banque à Marseille…

11 Nov

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus puisse changer le monde. D’ailleurs rien d’autre n’y est jamais parvenu ! » Voici ce qu’indiquait une pancarte posée ce matin sur une rambarde de la place Felix Barret à Marseille. Les Indignés Marseillais ont répondu à un appel de rassemblement national. Une cinquantaine de personnes se sont réunies ce 11 novembre 2011, pour enterrer une banque à 11h11. Symboliquement bien sur. Les manifestants avaient préparé le cercueil de la banque et une gerbe noire.

Le rendez-vous était donné à 10h30 en face de la préfecture. D’un coté de la route, trois policiers, de l’autre, une fillette qui s’amuse avec un ballon et une poignée de personnes assises à coté de pancartes. Quelques curieux s’approchent du groupe quand d’autres le fuient marchant à toute allure. Le petit groupe se densifie, des jeunes, des vieux, des enfants et même un bébé attendent le départ du cortège.

« Je suis indigné de l’absence de sollicitation de la population dans les affaires politiques, de la tournure plus économique des relations entre les gens, de la précarité dans laquelle beaucoup de gens vivent et avant tout, de l’unique solution de rigueur » explique Willy. Ce n’est pas la première fois que le jeune homme participe à une manifestation d’Indignés, et ce qu’il déplore le plus c’est que « cela va faire 5 ans que Nicolas Sarkozy est au pouvoir et il n’y à pas eu un seul referendum ».

Au son des guitares et d’un tam-tam, les Indignés achèvent leurs dernières pancartes, peinture ou marqueurs en mains, ils s’attellent à retranscrire leur indignation sur des morceaux de cartons : « Goldman Sachs ça suffit… les lavages de cerveau », « La révolution ne sera pas privatisée » ou encore « Résignés jamais, indignés toujours ».

L’inhumation d’une banque…

Pancartes brandies à bout de bras et en entonnant « La bourse est morte ce soir » sur l’air de la chanson « Le lion est mort ce soir », le cortège se déplace jusqu’à la Banque de France. « Boum »… Sur place, des pétards sont jetés. Une jeune femme, vêtue de noir et portant un masque blanc prononce l’oraison funèbre de la Banque, avant d’inviter ceux qui le souhaitent à venir s’exprimer. Les discours sont ponctués d’ applaudissements sourds, pendant qu’une participante brûle de faux billets. « La Banque de France n’est pas l’ennemi numéro 1, précise un Indigné,mais devant une banque privée, il y aurait eu plus d’agents de sécurité ». Même si « A Marseille il n’y a pas eu de problème, mais j’ai vu des images violentes de répression à la Défense, à Paris » confie Marie, qui déplore qu’il ne soit « pas encore question de lieu d’occupation ».

Place à la fête…

Deux femmes ôtent leurs masques et vêtements de deuil, sous lesquels elles arborent des tenues bariolées de couleurs vives et ouvrent le cercueil de la banque duquel elles sortent des ballons et cotillons. Place à l’ambiance festive et au chant avec d’abord « On ne lâche rien ». Des manifestants se coiffent alors de perruques arc en ciel ou dorés. Les applaudissements sont désormais bruyants et les chants se succèdent. Les Indignés Marseillais n’oublient pas les pays d’origines du mouvement : le Portugal, l’Italie ou la Grèce, pour laquelle ils chantent ainsi l’hymne européen en signe de solidarité.

La cuina de Montserrat : Les mini-génoises…

6 Nov

Montserrat adore cuisiner : les plats catalans dont elle a hérité les recettes de sa grand mère ou de purs produits de son imagination. Tout est prétexte à passer derrière les fourneaux pour cette jeune Catalane qui rapporte toujours de nouvelles recettes de ses voyages à l’étranger.

« Avui, Montsé cau a la infància… »

Les mini génoises

Les mini génoises sont réalisables par des enfants. Il faut bien évidemment les aider pour la cuisson. Cependant, grâce à la margarine, les enfants peuvent tout préparer.

Ingrédients :
100 g de farine.
100 g de margarine.
100 g de sucre en poudre.
2 œufs.

Préchauffer le four à 180°C

Verser la farine, le sucre, la margarine et les œufs dans un saladier.

Remuer le tout jusqu’à obtenir un mélange onctueux.

Mettre des collerettes en silicone sur une plaque ou des collerettes en papier sur une plaque à brioche.

Mettre environ deux cuillères à café du mélange dans chaque collerette.

Faire cuire pendant 20 à 25 minutes.

Laisser refroidir avant de démouler et napper.

Le nappage

Ingrédients :
100 g de chocolat.
2 cuillères à soupe de crème fraiche.
1 cuillère à soupe d’eau.

Faire fondre le chocolat avec une cuillère à soupe d’eau.

Ajouter la crème fraîche.

Pour un côté plus ludique, il est possible d’ajouter du colorant.

Dans ce cas, il faut utiliser du chocolat blanc.

Montsé a réalisé ses mini génoises aux couleurs catalanes, avec des colorants rouge et jaune.

Napper les mini génoises avec le chocolat.

Mettre au réfrigérateur afin que le chocolat se solidifie.