Tag Archives: Jean Marie Le Pen

Présidentielle : Quels étaient les résultats en 2007 ?

19 Avr

Le 22 avril 2007, 267 591 personnes se sont déplacés dans les urnes des Pyrénées Orientales. 14.99% des inscrits du département avait choisi l’abstention, moins que la moyenne nationale (16.23%). Nicolas Sarkozy arrivait en tête, avec 32.20% des voix, suivi de Ségolène Royal, avec 24.82%. Jean-Marie Le Pen était le troisième homme de l’élection, avec 14.21% (37 494 voix), au coude à coude avec François Bayrou, avec 14.21% (37 485 voix), troisième homme au niveau national.

Les communes des Pyrénées Orientales.

Voici les résultats dans les villes du canton de Saint Laurent de la Salanque :

Le Barcarès
4 186 inscrits
3 515 votants, soit 83.97 %
50 nuls, soit 3 465 exprimés

Nicolas Sarkozy     1 297  (37.43%)
Ségolène Royal          682  (19.68%)
Jean-Marie Le Pen   637  (18.38%)
François Bayrou        418  (12.06%)
Olivier Besancenot   128  (3.69%)
Philippe de Villiers     81  (2.34%)
Frédéric Nihous           46  (1.33%)
Arlette Laguiller          44  (1.27%)
Dominique Voynet     43  (1.24%)
José Bové                       37  (1.07%)
Marie-George Buffet   33  (0.95%)
Gérard Schivardi          19  (0.55%)

Claira
2 515 inscrits
2 246 votants, soit 89.30 %
27 nuls, soit 2 219 exprimés

Nicolas Sarkozy        682  (30.73%)
Ségolène Royal          441  (19.87%)
Jean-Marie Le Pen   412  (18.57%)
François Bayrou       346  (15.59%)
Olivier Besancenot     98  (4.42%)
Marie-George Buffet  58  (2.61%)
Philippe de Villiers    50  (2.25%)
Arlette Laguiller         34  (1.53%)
Dominique Voynet    30  (1.35%)
Frédéric Nihous          29  (1.31%)
José Bové                      27  (1.22%)
Gérard Schivardi        12  (0.54%)

Saint Hippolyte
1 702 inscrits
1 499 votants, soit 88.07 %
36 nuls, soit 1 463 exprimés

Nicolas Sarkozy        428  (29.25%)
Jean-Marie Le Pen   319  (21.80%)
Ségolène Royal          301  (20.57%)
François Bayrou1       77  (12.10%)
Olivier Besancenot     79  (5.40%)
Marie-George Buffet   41  (2.80%)
Frédéric Nihous           35  (2.39%)
Philippe de Villiers     28  (1.91%)
Arlette Laguiller          16  (1.09%)
Dominique Voynet     15  (1.03%)
José Bové                       14  (0.96%)
Gérard Schivardi        10  (0.68%)

Saint Laurent de la Salanque
6 715 inscrits
5 799 votants, soit 86.36 %
94 nuls, soit 5 705 exprimés

Nicolas Sarkozy         1 895  (33.22%)
Ségolène Royal          1 174  (20.58%)
Jean-Marie Le Pen   1 074  (18.83%)
François Bayrou           682  (11.95%)
Olivier Besancenot       252  (4.42%)
Marie-George Buffet     142  (2.49%)
Philippe de Villiers        141  (2.47%)
Arlette Laguiller             103  (1.81%)
José Bové                            72  (1.26%)
Frédéric Nihous               71  (1.24%)
Dominique Voynet         56  (0.98%)
Gérard Schivardi             43  (0.75%)

Torreilles
2 095 inscrits
1 855, soit 88.54 %
44 nuls, soit 1 811 exprimés

Nicolas Sarkozy         638  (35.23%)
Ségolène Royal          425  (23.47%)
Jean-Marie Le Pen   269  (14.85%)
François Bayrou       226  (12.48%)
Olivier Besancenot     85  (4.69%)
Philippe de Villiers     33  (1.82%)
José Bové                       30  (1.66%)
Frédéric Nihous          30  (1.66%)
Arlette Laguiller         25  (1.38%)
Marie-George Buffet  19  (1.05%)
Dominique Voynet    19  (1.05%)
Gérard Schivardi        12  (0.66%)

Première condamnation d’un président de la république…

15 Déc

« Dura lex, sed lex » (La loi est dure, mais c’est la loi)… Le tribunal correctionnel de Paris a condamné jeudi 15 décembre pour la première fois, un président de la république. Jacques Chirac a été condamné à deux ans de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. L’ancien chef d’Etat a été reconnu coupable d' »abus de confiance » et de « détournement de fonds publics ». Il a, en outre, été reconnu coupable de « prise illégale d’intérêts »devant le tribunal de Nanterre. L’ancien président était absent à son procès. Il n’a pas encore annoncé sa décision de faire appel ou non.

« Dura lex, sed lex »…

A la sortie du procès, Me Georges Kiejman, un des avocats de Jacques Chirac, a confié à la presse « J’espère que ce procès ne changera rien à l’affection que les Français portent à Jacques Chirac ».

Trois femmes, trois générations ont appris ce matin la condamnation de l’ancien président. Leurs avis divergent sur le sujet. « Pobret (le pauvre en catalan)… C’est moche!!! Depuis le temps qu’est ce qu’ils viennent l’embêter maintenant qu’il est âgé » proteste Huguette, 79 ans. La retraitée déplore la condamnation d’un homme qui est né huit jour avant elle. Héloïse,  étudiante, est plus terre à terre : « c’est pas trop tôt », elle pensait que « ça trainerait encore un bout de temps ». Du haut de ses 20 ans, la jeune fille se satisfait que justice ait été rendu dans cette affaire qui « n’a pas la même ampleur qu’une affaire du type Karachi mais il y a quand même des millions en jeu. Je trouve que la population a tendance a minimiser son importance sous prétexte que Chirac était « le petit gentil » de service ». L’image de l’ancien chef d’État est quasi indissociable du Salon de l’agriculture, dans lequel il passait des heures à sillonner les allées. « C’est lui qui s’est opposé à la guerre en Irak » se souvient surtout Liliane, 51 ans, qui considère que le jugement rendu est « politique ».

« Mens sans in corpore sano »…

François Hollande et François Fillon, tous deux en déplacement, ne se sont pas attardés sur la condamnation de l’ancien chef d’État, pensant à l’homme derrière le jugement.

En visite à Bondy, François Hollande, candidat PS à la présidentielle de 2012 a déclaré « La justice est passée et elle devait passer, pour que ne s’installe pas un sentiment d’impunité ». Face à cette condamnation « sévère », le député de Corèze a également eu « une pensée pour l’homme, Jacques Chirac, qui connaît en plus des ennuis de santé ».

Via une déclaration de presse à Sao Paulo, François Fillon, considère que le jugement « arrive vraiment trop tard, plus de 20 ans après les faits ». Le premier ministre a également ajouté que cela « ne viendra pas altérer la relation personnelle qui existe entre les Français et Jacques Chirac ».

« Lex aequa est »…

Eva Joly Jean-Marie Le Pen et Benoit Hamon se sont réjouis de l’équité de la justice.

Eva Joly, candidate d’Europe Écologie-Les Verts à la présidentielle de 2012, s’est félicitée dans un communiqué : « Ce jugement rendu après un véritable marathon judiciaire est la preuve de la nécessité et de l’utilité d’une justice indépendante et qui juge à égalité l’ensemble des citoyens ». L’ancienne juge d’instruction demande également à Jacques Chirac de quitter son siège au Conseil Constitutionnel, un siège qu’il occupe de droit en tant qu’ancien président de la république.

Jean Marie Le Pen a déclaré « On pouvait désespérer de la possibilité de faire condamner des coupables de haut niveau dans notre pays. Cette exception confirme la règle » (BFM TV). Le président d’honneur du Front National a ajouté « nous avons été présidés par un délinquant pendant 12 ans, et mon adversaire de 2002 est quelqu’un qui aurait dû être condamné à la prison ».

« C’est un bon signe pour la démocratie française qu’une justice indépendante puisse prononcer un tel verdict à l’égard d’un ancien président de la République » a déclaré à l’AFP, Benoit Hamon. Le porte parole du PS s’est félicité « que la justice passe, qu’elle ne distingue pas les justiciables selon qu’ils soient puissants ou pas ». Cette condamnation fait mentir, près de quatre siècles plus tard, la morale de la fable Les animaux malades de la peste de Jean La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »…. 

Marine Le Pen : « Ce qui m’importe, c’est d’atteindre le second tour »…

27 Août

Marine Le Pen s’est rendue aujourd’hui au 5e salon du savoir-faire pieds-noirs avant de partir demain pour la capitale afin de commencer sa campagne.

La présidentielle de 2012…

Outre son soutien aux rapatriés, la candidate s’est exprimée sur le président de la république et la prochaine élection présidentielle. « A l’enthousiasme a succédé une profonde déception à l’égard de Nicolas Sarkozy » considère la président du Front National. De plus, « son mandat est inutile » estime-t-elle « puisque tout ce qu’il a fait, il le défait en fin de mandat ». La candidate a également fait part de son souhait quant à la future élection : « Ce qui m’importe, c’est d’atteindre le second tour pour proposer un véritable choix ».

Les rapatriés…

Si Marine Le Pen était présente aujourd’hui au Barcarès c’est pour « transmettre aux pieds-noirs la solidarité qui est la notre et l’affection que nous leur portons ». Elle est fière de pouvoir dire « mon père a agit ». Jean-Marie Le Pen fut en 1956, l’un des trois députés, avec Jean-Maurice Demarquet et Pierre Clostermann, qui ont quitté l’assemblée nationale après avoir voté le rappel de500 000 jeunes en Algérie.

Les municipales du Barcarès…

La présidente du Front National ne porte aucun regard sur les élections qui se tiendront demain dans la commune. Elle est néanmoins « opposée, pour les avoir subi à des élections partielles au mois d’août ». Louis Aliot souligne, par ailleurs, que si les élections avaient attendu septembre « le FN aurait pu proposer une liste ».

Le prochain déplacement de la présidente du FN est prévu les 10 et 11 septembre à Nice.