Tag Archives: Bérénice Bejo

Le festival de Cannes en mode clôture…

26 Mai

Cannes-2013Le 66e festival de Cannes est clos. Allant à l’encontre des us et coutumes, le jury présidé par Steven Spielberg a décerné la Palme d’or conjointement au réalisateur Abedellatif Kechiche et aux actrices Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos pour La vie d’Adèle. Un film français n’avait pas reçu cette récompense suprême depuis la consécration d’Entre les murs en 2008. 

Alors que Michael Douglas était donné favori pour le prix d’interprétation masculine dans Ma vie avec Liberace, c’est Bruce Dern qui a été récompensé pour Nebraska. Le réalisateur Alexander Payne est venu récupérer le prix pour l’acteur absent à Cannes.  Les actrices étaient nombreuses en lice pour le prix d’interprétation féminine et c’est Bérénice Bejo qui a été récompensée pour son rôle dans Le passé.

Le palmarès…

Palme d’or :
Abedellatif Kechiche, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos pour La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche – remis par l’actrice américaine Uma Thurman

Prix d’interprétation masculine :
Bruce Dern pour Nebraska d’Alexander Payne – remis par l’actrice française Laetitia Casta

Prix d’interprétation féminine :
Bérénice Bejo pour Le passé d’Asghar Farhadi – remis par l’acteur britannique Orlando Bloom

Grand prix du jury :
Inside Llewyn Davis d’Ethan et Joel Coen – remis par l’actrice américaine Kim Novak

Prix du jury :
Tel père, tel fils de Kore-Eda Hirozaku – remis par l’actrice espagnole Rossy de Palma

Prix du scénario :
A Touch Of Sin de Jia Zhangke – remis par l’actrice italienne Asia Argento

Prix de la mise en scène :
Amat Escalante pour Heli – remis par l’acteur américain Forest Whitaker

Caméra d’or :
Ilo Ilo d’Anthony Chen – remis par la réalisatrice française Agnès Varda et l’actrice chinoise Zhang Ziyi

Palme d’or du court métrage :
Safe de Byoung-gon Moon – remis par la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion et l’acteur danois Mads Mikkelsen

Lire la suite

Publicités

Le festival de Cannes en mode « groupie » sous la pluie…

19 Mai

D’hôtel en hôtel, derrière des barrières, le festival de Cannes se fait en mode « groupie » pour Bérénice. Véritable inconditionnelle d’Eva Longoria, l’étudiante marseillaise a bravé les intempéries samedi 18 mai 2013.

photocallHabituée du festival de Cannes depuis sa plus tendre enfance, Bérénice veut innover cette année et tenter de photographier les acteurs qui se rendent au photocall. Excitée à la vue d’un cortège de voitures noires estampillées festival de Cannes, elle court à toute vitesse dans les flaques oubliant même de conserver son parapluie au dessus de sa tête. Quelques échelles et escabeaux sont attachés aux barrières, mais ils ne sont que huit à hurler « Mathieu !!! » et « Benicio !!! », pour interpeler les deux acteurs venus présenter le film Jimmy P. Quand Misty Upham sort de la dernière voiture, c’est sans bruit que les paparazzi tentent de shooter la jeune femme aux allures de diva.

Plus loin, alors que les personnes accréditées montent les marches du palais des festivals pour une projection, les nombreuses échelles en place face au tapis rouge sont à l’abandon. Un attroupement s’est formé devant l’hôtel JW Marriott. Ce n’est pas l’un des lieux habituels de Bérénice. Elle ignorait même qu’il s’agissait d’un hôtel. Elle prend place sur un coté de cette haie d’honneur qui mêle des adolescentes équipées de simples smartphones et des personnes munis de reflex. Bérénice se fraye un chemin dans cet agglomérat et se place au premier rang. « Vous avez vu qui ? », questionne la jeune fille. Bien qu’elle sache que « sa petite Eva » séjourne au Martinez, il ne faudrait pas rater une star. Surtout pas une star américaine et justement, Bérénice a raté la sortie de David Hasselhoff. La jeune fille se rapproche d’un groupe de paparazzi qui lui paraissent plus chevronnés pour s’enquérir des tuyaux du jour. Soudain, appelée par un complice, une femme part à toute vitesse photographier Lynne Ramsay. Personne n’avait reconnu la réalisatrice britannique, membre du jury qui marchait au milieu de la foule.

Bérénice se fie beaucoup aux hurlements de la meute pour dégainer son appareil photo. Lorsqu’elle entend « Christopher !!! ». Elle se tortille pour photographier l’homme qui rejoint une voiture. Sa position ne lui permet pas d’atteindre le réalisateur Christopher Thompson qui est caché par sa compagne. Le couple passé, Bérénice apprend que la femme qu’elle n’a pas voulu photographier n’était autre que la Géraldine Pailhas, à l’affiche de Jeune et jolie, le dernier film de François Ozon présenté en compétition au festival de Cannes. La comédienne discrète malgré ses 25 ans de carrière n’est pas la seule à avoir échappé à la clameur de la foule. En dépit de sa chevelure d’un roux éclatant, l’actrice Andréa Ferréol a également descendu les marches du palace sans être sollicitée.

DSC_3365 Taissa FarmigaSoudain, un convoi de voitures officielles du festival vides déboule sur la Croisette escorté par deux policiers à moto. Bérénice décide de quitter son abri et d’affronter la pluie diluvienne pour suivre les véhicules qui « vont surement au Martinez ». Dans sa filature, la jeune fille perd les voitures de vue et se retrouve devant l’entrée désertée d’un palace cannois, sous un parapluie. La sempiternelle question est posée : « Vous avez vu qui ? ». Trois courageux piétinent sous l’averse. « Une actrice. Je ne sais pas son nom », répond l’un d’eux. Bérénice n’en revient pas. Elle n’avait jamais vu aussi peu de monde devant cet hôtel. « Si Eva sortait et qu’elle ne voyait personne », s’interroge l’étudiante alors que sort de l’hôtel la jeune Taissa Farmiga qui n’attire pas immédiatement l’attention du petit groupe de badauds. Lorsque l’un d’eux la reconnait, tous se mettent à mitrailler la jeune fille à l’affiche de The Bling Ring de Sofia Coppola qui charge ses bagages dans une coccinelle vert pomme. Taissa Farmiga s’enfonce dans le siège de la voiture coté passager et se coiffe d’un chapeau jacou qui lui permet de dissimuler son visage. « Elle se cache ! », s’irrite Bérénice qui n’est pas parvenue à immortaliser cette actrice dont elle ignorait l’existence quelques minutes auparavant. L’agitation n’est pas au rendez-vous devant l’hôtel Martinez, la Marseillaise retourne devant le JW Marriott qui est abrité de la pluie. La foule d’apprentis paparazzi a grossi depuis son départ. Bérénice ne peut plus être aux premières loges. Elle se colle alors aux personnes présentes et discute avec deux jeunes Niçoises. Les jeunes filles comparent leurs butins photographiques en patientant avant la sortie d’une nouvelle star. Regardant le hall de l’hôtel à travers la porte vitrée, Bérénice aperçoit Samy Seghir qui se dirige vers la sortie. Le jeune acteur rebrousse chemin et la foule interpelle Nicolas Vanier. Bérénice ne le reconnait pas et interroge ses voisines qui lui apprennent qu’il a réalisé Belle et Sébastien. « Samy !!! » Les hurlements reprennent lorsque le jeune acteur de Neuilly sa mère apparaît sur le perron. Le jeune homme s’approche timidement de la foule bruyante et se prête au jeu des photographies et des dédicaces.

DSC_3379Une pause cigarette crée ensuite l’euphorie. Les paparazzi ne savent plus ou donner de la tête. Devant l’entrée, sont réunis Shirley Bousquet, Gilles Lellouche et Stéphane Rousseau. Chacun appréhende différemment la foule qui scande son prénom. « Oui, j’arrive, j’arrive ! » Gilles Lellouche se laisse entraîner dans le tourbillon prend la pose et signe des autographes à ceux qui le lui demande. Sans être happée, Shirley Bousquet fait de même, puis Stéphane Rousseau, pressé par le temps, est plus précis, satisfaisant les deux cotés de la haie d’honneur. Malgré la récente exaltation, Bérénice n’oublie pas « Eva » et retourne au Martinez.

Hôtel MartinezMichel Hazanavicius séjourne paisiblement à Cannes, alors qu’elle l’avait aperçu attablé avec Lionel Abelanski dans un café en face du palais des festivals le matin, il discute désormais à coté d’elle à l’entrée piétonne du Martinez, sans être interpelé ou dérangé.  Lorsque le réalisateur de The Artist achève sa conversation et qu’il s’approche de la porte d’entrée, Bérénice assiste à une scène des plus cocasse. Michel Hazanavicius cherche un badge et le présente à la sécurité. Durant la période du festival, les hôtels sont fermés au public et réservés aux clients. Il est impossible, par exemple, d’aller déjeuner dans l’un de ces établissements. 

Les agents de sécurité qui encadrent le ballet des voitures empêchent également les clients d’entrer par l’accès central réservé aux véhicules. Les piétons doivent contourner les barrières, longer les badauds et pénétrer par le l’entrée latérale. Rares sont ceux qui parviennent à passer entre les mailles du filet. Les agents n’hésitent pas à renvoyer sous la pluie ceux qui se trompent de chemin. Sonia Rolland en fait les frais. Bérénice l’aperçoit et l’interpelle. « Oui. Bonjour », répond l’ancienne Miss France tout en poursuivant son chemin.

L'Oréal girlsDevant le Martinez, un homme intrigue Bérénice. Il porte des pancartes avec l’inscription « L’Oréal ». Eva Longoria est présente au festival de Cannes, comme égérie de la marque de cosmétique. L’étudiante marseillaise retrouve plus tard « l’homme aux pancartes » devant le restaurant de l’hôtel. Il guide des voitures officielles et y dépose ses affiches. Bérénice apprend auprès d’une jeune fille que les L’Oréal girls sortiront par ici et qu’Eva Longoria sera dans la quatrième voiture. Au lieu de rester derrière l’une des barrières fermant la rue, comme les quelques autres fans, Bérénice attend de l’autre coté de la route et accourt lorsque « Eva !!! » sort de l’hôtel. Elle joue des coudes et obtient la photo qu’elle voulait. Le but de la journée est atteint. Selon la jeune fille qui a renseigné Bérénice afin qu’elle voit Eva Longoria, le jury doit désormais sortir du Martinez par l’entrée principale. La foule s’est élargit derrière les barrières et la jeune fille ne verra que Paris Hilton. Sur le chemin de la gare, Bérénice assiste à la montée des marches du casting d’Hunger Games noyée dans la masse de parapluies. L’étudiante est désormais une « groupie » aguerrie et trempée jusqu’au os, après une journée de chasse aux stars sous la pluie.

Retrouvez plus de photos du festival de Cannes

The Artist triomphe aux César…

24 Fév

La 37e cérémonie des César s’est déroulée au théâtre du Châtelet à Paris. La soirée était animée par Antoine de Caunes et présidée Guillaume Canet. Roman Polanski devait remettre un César d’honneur à Kate Winslet. Ce dernier étant souffrant, la tâche a  finalement incombé au réalisateur Michel Gondry. Suivez la cérémonie en direct sur ce blog.

Dans son discours d’ouverture, Guillaume Canet rend hommage à Pierre Gamet, ingénieur du son français, disparu le 7 janvier dernier.

Le maître de cérémonie, Antoine de Caunes, entre en scène sur une chorégraphie, avec Joey Starr.

21h15 : Tahar remet le premier César de la soirée, celui du meilleur espoir féminin à Naidra Ayadi, pour Polisse ex aequo avec Clotilde Hesme, pour Angèle et Tony.

Antoine de Caunes se moque du rire de la « troisième personnalité préférée des français selon le JDD », Omar Sy, et le prie de ne pas trop rire ce soir.

21h24 : Mathilde Seigner remet le César du meilleur acteur dans un second rôle à Michel Blanc, pour L’exercice de l’État. Emu, le comédien remercie le public de l’accepter dans des rôles plus « sérieux », en quarante cinq secondes. Mathilde Seigner tente, en vain, de faire monter sur scène JoeyStarr.

21h30 : Helena Noguerra remet le César du meilleur costume à Anais Romand, pour L’Apollonide, souvenirs de la maison close, puis celui du meilleur décors à Laurence Bennett, pour The Artist. Premier César de la soirée pour le film couronné outre Manche et outre Atlantique.

21h40 : Alexandre Astier remet le César du meilleur film d’animation à Joann Sfar et Antoine Delesvaux, pour Le chat du Rabbin.

21h46 : Grégory Gadebois reçoit le César du meilleur espoir masculin, pour Angèle et Tony, des mains d’Aure Atika.

21h51 : Sylvie Testud remet le César du meilleur premier film à Sylvain Estibal, pour Le cochon de Gaza, un film sur le conflit israelo-palestinien.

Julie Ferrier débarque sur scène, grimée en Sarah Vanderbus, dresseuse, elle plaide pour l’instauration d’un César « pour l’animal ». La comédien revient ensuite sur scène pour remettre le prix du meilleur film documentaire à Christian Rouad, pour Tous au Larzac.

22h09 : Alice Taglioni remet le César de la meilleure musique originale à Ludovic Bource, pour The Artist. C’est la seconde récompense de la soirée !! Le compositeur remercie toute l’équipe du film : Michel Hazanavicius – après avoir lancé « Michel, je t’aime ! » à son arrivée sur la scène – , Thomas Langmann, Bérénice Bejo, Jean Dujardin et Alexandra Lamy, « même si t’es pas dans l’film, on a la chance de se voir assez souvent ».

22h15 : Michel Gondry vient remettre le César d’honneur à Kate Winslet. Après une rétrospective de sa carrière, l’actrice américaine monte sur scène. « Bonsoir mesdames et messieurs » commence Kate Winslet avant de reprendre sa langue maternelle pour remercier « tous ceux qui m’inspirent et qui m’encouragent à aller plus loin ». Ironiquement, elle remercie Michel Gondry « d’avoir parlé de mon derrière et de ma poitrine à la télévision française ». Elle insiste, ensuite, sur sa joie d’avoir tourné avec Roman Polanski avant de terminer en français par : « Merci de votre gentillesse et de cette charmante soirée ».

Hommage aux disparus de l’année…

22h32 : Kad Merad remet le César de la meilleure actrice dans un second rôle à Carmen Maura, pour Les femmes du 6e étage. Brièvement, elle déclare « Je suis très fière d’être une comédienne espagnol, mais grâce à vous, ce soir, je fais un peu partie de la famille du cinéma français ».

22h37 : Audrey Fleurot, Zoé Felix et Olivia Bonamy remettent le César du meilleur court-métrage à L’accordeur d’Olivier Treiner.

Antoine de Caunes revient ironiquement sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

22h43 : Toujours dans la politique, Pierre Schoeller reçoit le César du meilleur scénario original à L’exercice de l’État

Antoine de Caunes présente l’application César, pour smartphone, avec la participation de Valérie Lemercier et François Berléand.

22h49 : Troisième César pour The Artist !!! Celui de la meilleur photographie, à Guillaume Schiffman, qui remercie rapidement l’équipe du film.

Hommage à Annie Girardot…

22h59 : Frédéric Beigbeder remet le César de la meilleure adaptation à Yasmina Reza et Roman Polanski – absents ce soir -, pour Carnage. Kate Winslet, actrice du film remonte sur scène pour récupérer le trophée.

23h06 : Valérie Bonneton remet les César du meilleur montage à Laure Gardette et Yann Dedet, pour Polisse, puis celui du meilleur son à Olivier Hespel, Julie Brenta et Jean-Pierre Laforce, pour L’exercice de l’État.

23h18 : Laurent Lafitte remet le César du meilleur film étranger à Asghar Farhadi, pour Une séparation. Le réalisateur est absent, c’est donc le distributeur du film qui vient chercher le prix.

23h23 : Quatrième César pour The Artist !!!! Michel Hazanavicius est sacré meilleur réalisateur. Après les remerciements de l’équipe, le réalisateur passe un message plus personnel et s’adresse à Bérénice Bejo, sa compagne : « Le film te doit beaucoup beaucoup à toi, tu l’as inspiré, et ça c’est pour toi ».

23h30 : Cinquième César pour The Artist !!!!! Bérénice Bejo reçoit le prix de la meilleure actrice. Très émue, elle confesse : « Je dois vous avouer quelques chose, je le voulais vraiment » avant de remercier toute l’équipe du film. Après ses nombreuses nominations vaines outre Atlantique, la comédienne obtient une récompense française. 

23h37 : Omar Sy est couronné meilleur acteur, pour Intouchables. C’est le premier César de la soirée pour le succès de l’année au box office. Première fois nommé et récompensé, il remercie avant tout sa famille et bien évidemment François Cluzet, avec qui il partage l’affiche. 

23h44 : Sixième César pour The Artist !!!!!! Guillaume Canet remet le prix du meilleur film à Thomas Langmann et Michel Hazanavicius.

Les 37e César :

Meilleur film, remis par Guillaume Canet :
The Artist
L’exercice de l’état
La guerre est déclarée
Le Havre
Intouchables
Pater
Polisse

Meilleur réalisateur, remis par Julie Depardieu et Eric Elmosnino :
Alain Cavalier (Pater)
Valérie Donzelli (La guerre est déclarée)
Michel Hazanavicius (The Artist)
Aki Kaurismaki (Le Havre)
Maïwenn (Polisse)
Pierre Schoeller (L’exercice de l’État)
Eric Toledano et Olivier Nakache (Intouchables)

Meilleur acteur, remis par Nicole Garcia :
Sami Bouajila (Omar m’a tuer)
François Cluzet (Intouchables)
Jean Dujardin (The Artist)
Olivier Gourmet (L’exercice de l’État)
Denis Podalydès (La conquête)
Omar Sy (Intouchables)
Philippe Torreton (Présumé coupable)

Meilleure actrice, remis par Philippe Lellouche :
Ariane Ascaride (Les neiges du Kilimandjaro)
Leïla Beikhti (La source des femmes)
Bérénice Bejo (The Artist)
Valérie Donzelli (La guerre est déclarée)
Marina Foïs (Polisse)
Marie Gillain (Toutes nos envies)
Karin Viard (Polisse)

Meilleur acteur dans un second rôle, remis par Mathilde Seigner :
Michel Blanc (L’exercice de l’État)
Nicolas Duvauchelle (Polisse)
Bernard Lecoq (La conquête)
Frédéric Pierrot (Polisse)
Joey Starr (Polisse)

Meilleure actrice dans un second rôle, remis par Kad Merad :
Zabou Breitman (L’exercice de l’État)
Anne Le Ny (Intouchables)
Noemie Lvovsky (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Carmen Maura (Les femmes du 6e étage)
Karole Rocher (Polisse)

Meilleur espoir masculin, remis par Aure Atika :
Nicolas Bridet (Tu seras mon fils)
Grégory Gadebois (Angèle et Tony)
Guillaume Gouix (Jimmy Rivière)
Pierre Niney (J’aime regarder les filles)
Dimitri Storoge (Les Lyonnais)

Meilleur espoir féminin (remis par Tahar Rahim) :
Naidra Ayadi (Polisse
Adèle Haenel (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Clotilde Hesme (Angèle et Tony) 
Céline Sallette (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Christa Théret (La brindille)

Meilleur scénario original, remis par Sara Forestier :
Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm (La guerre est déclarée)
Michel Hazanavicius (The Artist)
Maiwenn et Emanuelle Bercot (Polisse)
Pierre Schoeller (L’exercice de l’État)
Eric Toledano et Olivier Nakache (Intouchables)

Meilleure adaptation,  remis par Frédéric Beigbeder :
David Foenkinos (La délicatesse)
Vincent Garenq (Présumé coupable)
Olivier Gorce, Roschdy Zem, Rachid Bouchareb et Olivier Lorelle (Omar m’a tuer)
Mathieu Kassovitz, Pierre Geller et Benoit Jaubert (L’ordre et la morale)
Yasmina Reza et Roman Polanski (Carnage)

Meilleure musique originale, remis par Alice Taglioni :
Alex Beaupain (Les bien-aimés)
Bertrand Bonello (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Ludovic Bource (The Artist)
M et Patrice Renson (Un monstre à Paris)
Philippe Schoeller (L’exercice de l’Etat)

Meilleur son, remis par Valérie Bonneton :
Pascal Armant, Jean Goudier et Jean-Paul Hurier (Intouchables)
Jean-Pierre Duret, Nicolas Moreau et Jean-Pierre Laforce (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Olivier Hespel, Julie Brenta et Jean-Pierre Laforce (L’exercice de l’État)
Nicolas Provost, Rym Debbarh-Mounir et Emmanuel Croset (Polisse)
André Rigaut, Sébastien Savine et Laurent Gabiot (La guerre est déclarée)

Meilleure photographie, remis par Mathieu Kassovitz :
Pierre Aim (Polisse)
Josée Deshaies (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Julien Hirsch (L’exercice de l’État)
Guillaume Schiffman (The Artist)
Mathieu Vadepied (Intouchables)

Meilleur montage, remis par Valérie Bonneton :
Anne-Sophie Bion et Michel Hazanavicius (The Artist)
Laurence Briaud (L’exercice de l’État)
Pauline Gaillard (La guerre est déclarée)
Laure Gardette et Yann Dedet (Polisse)
Dorian Rigal Ansous (Intouchables)

Meilleurs costumes, remis par Helena Noguerra :
Catherine Baba (My little Princess)
Mark Bridges (The Artist)
Christian Gasc (Les femmes du 6e étage)
Viorica Petrovici (La source des femmes)
Anais Romand (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)

Meilleurs décors, remis par Helena Noguerra :
Laurence Bennett (The Artist)
Alain Guffroy (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Pierre-François Limbosch (Les femmes du 6e étage)
Jean Marc Tran Tan Ba (L’exercice de l’État)
Wouter Zoon (Le Havre)

Meilleur film d’animation, remis par Alexandre Astier :
Le chat du Rabbin (Joann Sfar et Antoine Delesvaux) 
Le cirque (Nicolas Brault)
Un monstre à Paris (Bibo Bergeron)
La queue de la souris (Benjamin Renner)
Le tableau (Jean-François Laguionie)

Meilleur film étranger, remis par Laurent Lafitte :
Black Swan (Darren Aronofsky)
Le discours d’un roi (Tom Hooper)
Drive (Nicolas Winding Refn)
Le gamin au vélo (Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne)
Incendies (Denis Villeneuve)
Melancholia (Lars von Trier)
Une séparation (Asghar Farhadi) 

Meilleur premier film, remis par Sylvie Testud :
17 filles (Delphine Coulin et Muriel Coulin)
Angèle et Tony (Alix Delaporte)
Le cochon de Gaza (Sylvain Estibal) 
La délicatesse (David Foenkinos et Stéphane Foenkinos)
My little princess (Eva Ionesco)

Meilleur film documentaire, remis par Julie Ferrier  :
Le bal des menteurs (Daniel Lesonte)
Crazy horse (Frederick Wiseman)
Ici on noie les Algériens (Yasmina Adi)
Michel Petrucciani (Michael Radford)
Tous au Larzac (Christian Rouad)

Meilleur film de court métrage, remis par Audrey Fleurot, Zoé Felix et Olivia Bonamy :
L’accordeur (Olivier Treiner)
La France qui se lève tôt (Hugo Chesnard)
J’aurais pu être une pute (Baya Kasmi)
Je pourrais être votre grand-mère (Bernard Tanguy)
Un monde sans femmes (Guillaume Brac)

César d’honneur, remis par Michel Gondry :
Kate Winslet

The Artist, direction les SAG Awards…

18 Jan

Après avoir raflé trois Golden Globes dimanche soir à Los Angeles, The Artist poursuivra sa tournée des cérémonies américaines le 29 janvier prochain, avec les Screen Actors Guild Awards. Le film muet est nommé dans trois catégories, en attendant les nominations pour les Oscars, dévoilées le 24 janvier prochain.

The Artist nommé dans la catégorie meilleure distribution, sera de nouveau face à Minuit à Paris et Mes meilleures amies, ses concurrents malheureux dimanche soir. Cependant, pour les SAG Awards, comédies et drames sont au même rang et le film muet sera en compétition avec The descendants, lauréat du Golden Globes et La couleur des sentiments.

Jean Dujardin, sacré meilleur acteur dans une comédie / comédie musicale dimanche soir, affrontera George Clooney, son homologue dans un drame, mais aussi Brad Pitt et Leonardo DiCaprio, nommés déçus contre l’acteur de The descendants. Demian Bichir entre dans la compétition, pour son rôle dans A Better Life.

Bérénice Bejo retrouvera Janet McTeer, Jessica Chastain et Octavia Spencer (la gagnante), dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle. Sa cinquième concurrente sera une nouvelle nommée : Melissa McCarthy, interprète de Megan dans Mes meilleures amies, en lieu et place de Shailene Woodley, qui incarne la fille de Georges Clooney dans The descendants.

Il y a de nombreuses similitudes entre la liste des nommés aux Golden Globes et celle de ceux en lice pour les Screen Actors Guild Awards. Les différences sont plus nettes pour la télévision où de nombreuses séries font leur apparition dans la liste des lauréats potentiels.

Les nommés aux SAG Awards sont :

Les films

Meilleure distribution :
The descendants
La couleur des sentiments
Minuit à Paris
Mes meilleures amies
The Artist

Meilleur acteur :
Brad Pitt (Le stratège)
Leonardo DiCaprio (J. Edgar)
George Clooney (The descendants)
Demian Bichir (A Better Life)
Jean Dujardin (The Artist)

Meilleure actrice :
Meryl Streep (La dame de fer)
Glenn Close (Albert Nobbs)
Tilda Swinton (We need to talk about Kevin)
Michelle Williams (My week with Marilyn)
Viola Davis (La couleur des sentiments)

Meilleur acteur dans un second rôle :
Christopher Plummer (Beginners)
Nick Nolte (Warrior)
Kenneth Branagh (My week with Marilyn)
Jonah Hill (Le stratège)
Armie Hammer (J. Edgar)

Meilleure actrice dans un second rôle :
Bérénice Bejo (The Artist)
Janet McTeer (Albert Nobbs)
Melissa McCarthy (Mes meilleures amies)
Jessica Chastain (La couleur des sentiments)
Octavia Spencer (La couleur des sentiments)

Meilleure Performance de Cascadeurs dans un film :
Harry Potter et les reliques de la mort – partie 2
Cowboys & envahisseurs
X-Men: Le Commencement
L’Agence
Transformers 3 – La Face cachée de la Lune

Les séries

Meilleure distribution dans une série dramatique :
Dexter
Breaking Bad
Boardwalk Empire
The Good Wife
Game of Thrones

Meilleur acteur dans une série dramatique :
Steve Buscemi (Boardwalk Empire)
Bryan Cranston (Breaking Bad)
Michael C. Hall (Dexter)
Kyle Chandler (Friday Night Lights)
Patrick J. Adams (Suits)

Meilleure actrice dans une série dramatique :
Glenn Close (Damages)
Kathy Bates (Harry’s Law)
Kyra Sedgwick (The Closer)
Julianna Margulies (The Good Wife)
Jessica Lange (American Horror Story)

Meilleure distribution dans une série comique :
The Office
30 Rock
The Big Bang Theory
Glee
Modern Family

Meilleur acteur dans une série comique :
Alec Baldwin (30 Rock)
Jon Cryer (Mon oncle Charlie)
Eric Stonestreet (Modern Family)
Steve Carell (The Office)
Ty Burrell (Modern Family)

Meilleure actrice dans une série comique :
Edie Falco (Nurse Jackie)
Betty White (Hot in Cleveland)
Julie Bowen (Modern Family)
Sofia Vergara (Modern Family)
Tina Fey (30 Rock)

Meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm :
Greg Kinnear (Les Kennedy)
James Woods (Too Big to Fail)
Laurence Fishburne (Les experts)
Guy Pearce (Mildred Pierce)
Paul Giamatti (Too Big to Fail)

Meilleure actrice dans un téléfilm ou une minisérie :
Diane Lane (Cinéma vérité)
Maggie Smith (Downtown Abbey)
Emily Watson (Appropriate Adult)
Betty White (L’amour à la une)
Kate Winslet (Mildred Pierce)

Meilleure Performance de Cascadeurs dans une série :
Dexter
True Blood
Southland
Game of Thrones
Spartacus : Les dieux de l’arène