Archive | Présidentielle RSS feed for this section

Présidentielle : La campagne en quelques dates…

20 Avr

J-2 avant l’élection présidentielle. La campagne officielle s’arrête ce soir à minuit. Retour sur une longue course à la présidence de la République, en quelques dates.

17 mai 2012

  • Début du mandat du nouveau président de la République.

6 mai 2012

  • Second tour de la présidentielle.

22 avril 2012

  • Premier tour de la présidentielle.

20 avril 2012

  • Fin de la campagne officielle.
  • Nicolas Sarkozy tient son dernier meeting de campagne, à Nice.
19 avril 2012
  • Jean-Luc Mélenchon tient son dernier meeting de campagne, au parc des Expositions de Paris, devant environ 30 000 personnes.
  • Philippe Poutou tient son dernier meeting de campagne, à Rouen, devant environ 400 personnes.
  • François Bayrou tient son dernier meeting de campagne à Bordeaux, devant environ 2 000 personnes. 
  • François Hollande tient son dernier meeting de campagne, à Bordeaux, devant environ 10 000 personnes.
  • Marine Le Pen perd son procès en diffamation contre Eva Joly. La candidate écologiste avait accusé la fille du président d’honneur du FN d’être « l’héritière de son père milliardaire par un détournement de succession ». Le tribunal a estimé que ces propos visaient le père de la candidate et non elle.

18 avril 2012

  • Eva Joly tient son dernier meeting de campagne, au cirque d’hiver, à Paris, devant environ 2 000 personnes.
  • Nathalie Arthaud tient son dernier meeting de campagne, à Vénissieux, devant environ 400 personnes.
  • Le Figaro dévoile « Les nouveaux visages révélés par la campagne » : Guillaume Peltier (UMP), Salima Saa (UMP), Najat Vallaud-Belkacem (PS), Bernard Cazeneuve (PS), Louis Aliot (FN), Marine Tondelier (EELV), Matthieu Lamarre (MoDem) et François Delapierre (FdG).

17 avril 2012

  • Marine Le Pen tient son dernier meeting de campagne, au Zenith de Paris, devant environ 6 000 personnes. 
  • Nicolas Dupont-Aignan tient son dernier meeting de campagne, au Bataclan, à Paris, devant environ 1 000 personnes.
  • Corinne Lepage appelle à voter pour François Hollande dès le premier tour.

16 avril 2012

  • Quatre candidats assistent à la cérémonie durant laquelle la République a rendu les honneurs à Raymond Aubrac, décédé le 10 avril : Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou et Eva Joly. Jean-Luc Mélenchon s’est fait représenter par Pierre Laurent.
  • L’émission Mots croisés organise un débat avant le premier tour. Cinq candidats : Eva Joly, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud Jacques Cheminade, et Nicolas Dupont-Aignan, sont sur le plateau. Les cinq autres se font représenter par Florian Philippot (FN), Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP), François Delapierre (FdG), Marielle de Sarnez (MoDem) et Jean-Marc Ayrault (PS).
15 avril 2012
  • Jacques Cheminade tient le premier meeting participatif par internet. Aucun rassemblement de ce genre n’avait encore été organisé lors d’une campagne présidentielle.

9 avril 2012

  • Début de la campagne électorale officielle.
4 avril 2012
1 avril 2012
  • A la suite d’une chute en sortant du cinéma, Eva Joly est contrainte d’annuler ses rendez-vous de campagne, quelques jours. 

31 mars 2012

22 mars 2012

  • En visite à Valenciennes, Nicolas Sarkozy reçoit le soutien de Jean-Louis Borloo.
  • Pour la première fois depuis le début de la campagne, Jean-Luc Mélenchon arrive en troisième position dans un sondage BVA.

21 mars 2012

20 mars 2012

  • Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a annoncé qu’il ne décompterait pas le temps de parole des candidats pour les journées de lundi et mardi lorsqu’ils s’exprimeront sur la fusillade de Toulouse.

19 mars 2012

  • Nicolas Sarkozy a activé le plan vigipirate couleur écarlate et suspendu sa campagne jusqu’au 21, après la fusillade de Toulouse.
  • François Hollande et Marine Le Pen ont suspendu leur campagne, après la fusillade de Toulouse.
  • Le conseil constitutionnel publie la liste des candidats à l’élection présidentielle : Eva Joly ; Marine Le Pen ; Nicolas Sarkozy ; Jean-Luc Mélenchon ; Philippe Poutou ; Nathalie Arthaud ; Jacques Cheminade ; François Bayrou ; Nicolas Dupont-Aignan et François Hollande.
18 mars 2012
  • Jean-Luc Mélenchon « reprend la Bastille », en organisant un meeting en plein air.

16 mars 2012

  • Date limite de dépôt de 500 parrainages nécessaires aux candidats, à18h.
  • L’ancien ministre socialiste de l’Intérieur, Daniel Vaillant, dépose les signatures de François Hollande au conseil constitutionnel.
  • Philippe Poutou dépose 572 signatures d’élus au conseil constitutionnel.
  • Jean-Luc Mélenchon dépose 1 000 signatures d’élus au conseil constitutionnel.

15 mars 2012

  • Eva Joly dépose 639 signatures d’élus au conseil constitutionnel.
  • Dominique de Villepin annonce qu’il ne disposera pas des 500 parrainages nécessaire à sa candidature, au Journal Télévisé de 20h de France 2.

13 mars 2012

  • Jean-Pierre Chevènement annonce officiellement son soutien à François Hollande.

8 mars 2012

  • Jacques Cheminade dépose 538 signatures au conseil d’élus constitutionnel.

7 mars 2012

  • Nathalie Arthaud dépose 521 signatures au conseil d’élus constitutionnel.

23 février 2012

  • Envoi des bulletins de parrainages aux élus.

22 février 2012

  • Frédéric Nihous (CPNT) annonce le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle et son ralliement à celle de Nicolas Sarkozy, au Journal Télévisé de 20h de TF1.

21 février 2012

  • Le conseil constitutionnel confirme la publication des 500 parrainages.

17 février 2012

  • Hervé Morin (NC) annonce le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle et son ralliement à celle de Nicolas Sarkozy, dans une interview publiée dans le Figaro Magazine.

16 février 2012

  • Nicolas Sarkozy tient son premier meeting de campagne, à Annecy.

15 février 2012

  • Le président de la République, Nicolas Sarkozy (UMP), annonce sa candidature à l’élection présidentielle au Journal Télévisé de 20h de TF1.

13 février 2012

  • Christine Boutin (PCD) annonce le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle et son ralliement à celle de Nicolas Sarkozy – pas encore candidat – sur le plateau de Parole directe, sur TF1.
11 février 2012
  • Eva Joly tient son premier meeting de campagne, à Roubaix, devant environ 1 400 personnes.
3 février 2012
  • Nathalie Arthaud tient son premier meeting de campagne, à Montreuil, devant environ 1 500 personnes.

1 février 2012

  • Jean-Pierre Chevènement (MRC) annonce le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle dans un communiqué.
  • François Hollande est enfariné, alors qu’il s’exprimait à la tribune du parc des Expositions de Paris. 
22 janvier 2012
  • Nicolas Dupont-Aignan tient son premier meeting de campagne, au théâtre du Gymnase, à Paris, devant environ 800 personnes.
21 janvier 2012
19 janvier 2012
  • François Bayrou tient son premier meeting de campagne, à Dunkerque, devant environ 1 300 personnes.
14 janvier 2012
  • Jean-Luc Mélenchon tient son premier meeting de campagne, à Nantes, devant environ 6 000 personnes.
4 janvier 2012
  • François Hollande tient son premier meeting de campagne, à Mérignac, devant environ 2 000 personnes.

30 décembre 2011

  • Date limite d’inscription sur les listes électorales.

22 décembre 2011

  • Marine Le Pen saisit le Conseil d’Etat et dépôse une question prioritaire de constitutionnalité pour réclamer l’anonymat de ces parrainages.
11 décembre 2011
  • Marine Le Pen tient son premier meeting de campagne, à Metz, devant environ 1 500 personnes. 

7 décembre 2011

  • François Bayrou (MoDem) annonce officiellement sa candidature à l’élection présidentielle, à la maison de la Chimie à Paris.

27 novembre 2011

  • Hervé Morin annonce sa candidature à l’élection présidentielle pour le Nouveau Centre, à Berville-sur-Mer.

24 novembre 2011

  • François Bayrou (MoDem) annonce sa candidature à l’élection présidentielle sur le plateau de Parole directe, sur TF1

21 novembre 2011

  • Nicolas Dupont-Aignan annonce sa candidature à l’élection présidentielle, à l’occasion du deuxième congrès de Debout la République, à Paris.

5 novembre 2011

  • Jean-Pierre Chevènement, président d’honneur du Mouvement Républicain et Citoyen, annonce sa candidature à l’élection présidentielle, au Journal Télévisé de 20h de France2.

22 octobre 2011

5 octobre 2011

  • Nathalie Arthaud est investie comme candidate de Lutte Ouvrière.
  • Le cancérologue, Victor Izraël, annonce sa candidature à l’élection présidentielle, pour relancer le Plan Cancer.

4 octobre 2011

  • Corinne Lepage (Cap 21) annonce sa candidature à l’élection présidentielle au Journal Télévisé de 20h de TF1.

22 septembre 2011

  • Kenza Drider, une jeune femme qui porte le niqab, annonce sa candidature à l’élection présidentielle, lors d’une conférence de presse à Meaux.

12 juillet 2011

  • Eva Joly bat Nicolas Hulot lors du second tour de la primaire organisée par Europe Écologie-Les Verts et devient candidate à l’élection présidentielle.

25 juin 2011

  • Les délégués du Nouveau Parti Anticapitaliste, réunis en conférence nationale à Nanterre, désignent Philippe Poutou comme candidat à l’élection présidentielle.

22 juin 2011

  • Christine Boutin annonce sa candidature à l’élection présidentielle pour le Parti Chrétien Démocrate, à Montfermeil.

17 juin 2011

  • Le conseil national de Chasse Pêche Nature et Tradition désigne Frédéric Nihous comme candidat à l’élection présidentielle.

16 mai 2011

  • Le bureau politique du Front national, réuni à Nanterre, valide la candidature à l’élection présidentielle de Marine Le Pen.

10 mai 2011

  • Le collectif Trans-Europe – pour la défense des droits de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre – lance le parti politique : Avenir 2012. Sa présidente, Brigitte Goldberg, transsexuelle, devient candidate à l’élection présidentielle.

6 mai 2011

  • L’humoriste, Christophe Alévêque, annonce sa candidature à l’élection présidentielle, devant le Fouquet’s, à Paris.
18 juin 2010
Publicités

Présidentielle : Quels étaient les résultats en 2007 ?

19 Avr

Le 22 avril 2007, 267 591 personnes se sont déplacés dans les urnes des Pyrénées Orientales. 14.99% des inscrits du département avait choisi l’abstention, moins que la moyenne nationale (16.23%). Nicolas Sarkozy arrivait en tête, avec 32.20% des voix, suivi de Ségolène Royal, avec 24.82%. Jean-Marie Le Pen était le troisième homme de l’élection, avec 14.21% (37 494 voix), au coude à coude avec François Bayrou, avec 14.21% (37 485 voix), troisième homme au niveau national.

Les communes des Pyrénées Orientales.

Voici les résultats dans les villes du canton de Saint Laurent de la Salanque :

Le Barcarès
4 186 inscrits
3 515 votants, soit 83.97 %
50 nuls, soit 3 465 exprimés

Nicolas Sarkozy     1 297  (37.43%)
Ségolène Royal          682  (19.68%)
Jean-Marie Le Pen   637  (18.38%)
François Bayrou        418  (12.06%)
Olivier Besancenot   128  (3.69%)
Philippe de Villiers     81  (2.34%)
Frédéric Nihous           46  (1.33%)
Arlette Laguiller          44  (1.27%)
Dominique Voynet     43  (1.24%)
José Bové                       37  (1.07%)
Marie-George Buffet   33  (0.95%)
Gérard Schivardi          19  (0.55%)

Claira
2 515 inscrits
2 246 votants, soit 89.30 %
27 nuls, soit 2 219 exprimés

Nicolas Sarkozy        682  (30.73%)
Ségolène Royal          441  (19.87%)
Jean-Marie Le Pen   412  (18.57%)
François Bayrou       346  (15.59%)
Olivier Besancenot     98  (4.42%)
Marie-George Buffet  58  (2.61%)
Philippe de Villiers    50  (2.25%)
Arlette Laguiller         34  (1.53%)
Dominique Voynet    30  (1.35%)
Frédéric Nihous          29  (1.31%)
José Bové                      27  (1.22%)
Gérard Schivardi        12  (0.54%)

Saint Hippolyte
1 702 inscrits
1 499 votants, soit 88.07 %
36 nuls, soit 1 463 exprimés

Nicolas Sarkozy        428  (29.25%)
Jean-Marie Le Pen   319  (21.80%)
Ségolène Royal          301  (20.57%)
François Bayrou1       77  (12.10%)
Olivier Besancenot     79  (5.40%)
Marie-George Buffet   41  (2.80%)
Frédéric Nihous           35  (2.39%)
Philippe de Villiers     28  (1.91%)
Arlette Laguiller          16  (1.09%)
Dominique Voynet     15  (1.03%)
José Bové                       14  (0.96%)
Gérard Schivardi        10  (0.68%)

Saint Laurent de la Salanque
6 715 inscrits
5 799 votants, soit 86.36 %
94 nuls, soit 5 705 exprimés

Nicolas Sarkozy         1 895  (33.22%)
Ségolène Royal          1 174  (20.58%)
Jean-Marie Le Pen   1 074  (18.83%)
François Bayrou           682  (11.95%)
Olivier Besancenot       252  (4.42%)
Marie-George Buffet     142  (2.49%)
Philippe de Villiers        141  (2.47%)
Arlette Laguiller             103  (1.81%)
José Bové                            72  (1.26%)
Frédéric Nihous               71  (1.24%)
Dominique Voynet         56  (0.98%)
Gérard Schivardi             43  (0.75%)

Torreilles
2 095 inscrits
1 855, soit 88.54 %
44 nuls, soit 1 811 exprimés

Nicolas Sarkozy         638  (35.23%)
Ségolène Royal          425  (23.47%)
Jean-Marie Le Pen   269  (14.85%)
François Bayrou       226  (12.48%)
Olivier Besancenot     85  (4.69%)
Philippe de Villiers     33  (1.82%)
José Bové                       30  (1.66%)
Frédéric Nihous          30  (1.66%)
Arlette Laguiller         25  (1.38%)
Marie-George Buffet  19  (1.05%)
Dominique Voynet    19  (1.05%)
Gérard Schivardi        12  (0.66%)

Philippe Poutou : « C’est aux capitalistes de payer la crise »…

18 Avr

« Le minimum syndical qu’on peut faire dans cette élection, c’est dégager ce gouvernement là », a déclaré Philippe Poutou, en meeting, au théâtre Mazenot. A deux jours de la fin de la campagne présidentielle, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste a fait salle comble. Sans fiches et avec aisance, cet ouvrier a tenu un meeting d’abord aux allures d’une revue de presse, puis à celles d’un one man show, notamment lorsque le candidat a expliqué au public que lorsqu’il tendait sa main vers une bouteille d’eau, il s’agissait d’une invitation à applaudir, afin de le laisser boire.

S’excusant, ensuite, de citer Les Echos à plusieurs reprises, Philippe Poutou a confié : « C’est un journal que j’ai appris à lire depuis que je suis candidat ». Heureux d’être crédité à 2% dans un récent sondage, le candidat du NPA a mentionné la presse afin de railler ses adversaires. « Le truc le plus marrant : Sarkozy, le candidat du peuple », s’est gaussé le syndicaliste et ajoutant une allusion à la phrase « nous sommes des gens modestes » de Carla Bruni, sous les rires de l’assemblée.

Le candidat anticapitaliste est revenu sur la crise, au nom de laquelle « on nous fait accepter tous les coups bas ». Il a ensuite ironisé à propos des grandes fortunes françaises et des onze milliardaires supplémentaires que compte le pays cette année. « C’est aux capitalistes de payer la crise parce que c’est leur crise », a considéré l’ouvrier.

Philippe Poutou souhaite répartir les richesses et pour cela, il faudrait « supprimer les reformes fiscales des vingt dernières années ». Il propose également le retour de la retraite à 60 ans – 55 ans pour ceux qui ont un travail pénible – ; la gratuité des transports publics pour tous « notamment pour les trajets maison/boulot » et une augmentation des revenus de 300 euros net par mois. « Sous 1 700 euros net, on ne peut pas vivre aujourd’hui », a estimé le syndicaliste.

Dès mesures qu’attendent les personnes qui l’écoutaient ce soir. « Les gens appellent ça de l’utopie, moi j’appelle ça de l’espoir », a déclaré Laura, étudiante qui a suivi attentivement le meeting. La jeune fille milite à sa façon « en parlant avec les gens » pour qu’ils s’intéressent à la politique et votent « pour Poutou ou un autre ».

Avant d’achever son discours et de chanter L’Internationale, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste a lancé un appel à l’ensemble de la gauche afin de « préparer une riposte unitaire ».

Retrouvez plus de photos de ce meeting.

François Bayrou, « candidat de la vérité »…

15 Avr

« Je suis le candidat de la vérité et de la volonté de la France », a affirmé François Bayrou, en meeting au Silo, à Marseille. Devant près de 2000 personnes, le candidat du MoDem a voulu s’imposer en opposition à ses concurrents qui « ont choisi de raconter des histoires ».

Le député des Pyrénées-Atlantiques a justifié ces mensonges qu’il qualifie d’ « abus de confiance envers les citoyens ». Nicolas Sarkozy « ne veut pas qu’on regarde son bilan de près » a estimé François Bayrou avant d’ajouter « François Hollande a choisi de faire des promesses en l’air ». L’ancien ministre de l’Éducation nationale ne juge pas réalisable la création de postes dans l’enseignement que propose le candidat socialiste.

Si le président du MoDem ne s’est pas attaqué à ses autres adversaires, Saïd Ahamada – porte-parole du parti – avait, en préambule, égratigné Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, qui « fait du vieux avec du vieux ». François Bayrou a préféré critiquer le fond que la forme. Il a néanmoins fait une allusion aux « meetings qui se veulent monumentaux à Paris », sous les huées de l’assistance, qu’il a tenté de tempérer. Le candidat MoDem a ensuite souligné que « ce n’est pas à la dimension des foules des meetings, qu’on mesure la vérité du discours qu’on y tient ». Il a d’ailleurs proposé, par la suite, de modérer les dépenses en campagne électorale.

A l’instar des ses adversaires, François Bayrou a cité les personnalités présentes au Silo : Christophe Bouchet, ancien président de l’OM ; Jean-Paul Brighelli, essayiste ; Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantique ; Eric Le Dissès, maire de Marignane ; Robert Rochefort ou Rosalie Kerdo.

Après avoir longuement prôné le fait de produire en France, le candidat a plus brièvement énuméré des propositions qui ont réjoui la salle, faisant trembler le sol en tapant des pieds et agitant des drapeaux et pancartes en tous sens. Le député des Pyrénées-Atlantiques souhaite « mettre un terme au cumul des mandats » ; que la présence des élus soit obligatoire à l’Assemblée Nationale ou au Sénat pour qu’ils puissent voter ; rendre publics ces votes et diminuer le nombre de députés et de sénateurs. A une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, le troisième homme de 2007 s’est attardé sur une mesure : la validité du vote blanc, « parce que (voter blanc), c’est un acte citoyen ».

« Nous sommes là pour que la France n’ait pas la gueule de bois le 7 mai », a clamé François Bayrou, en référence à l’article intitulé « 7 mai, gueule de bois » de Jacques Attali. A l’issu de l’élection présidentielle, « nous construirons une majorité nouvelle » a déclaré Jean-Luc Bennahmias. Une projection qu’avait également fait François-Xavier de Peretti. Avant de conclure, le candidat MoDem s’est félicité : « Jamais une seule de nos affirmations n’a pu être mise en défaut dans cette campagne ».

Retrouvez plus de photos de ce meeting.

Jean-Luc Mélenchon : « Pas d’avenir pour la France sans les arabes et les berbères »…

14 Avr

« Notre chance c’est le métissage , a clamé Jean-Luc Mélenchon, sur la plage du Prado, à Marseille. Devant 120 000 personnes – autant qu’à la Bastille-, selon le parti, ce natif de Tanger a longuement abordé les relations entre les pays de la Méditerranée. Le candidat du Font de Gauche considère qu’il n’y a « pas d’avenir pour la France sans les arabes et les berbères du Maghreb », qui ont apporté la science et les mathématiques.

Dans la masse de drapeaux rouges, quelques bannières corses, françaises ou grecques flottaient avec le mistral. L’eurodéputé a plusieurs fois fait référence à la république hellénique, d’abord en citant Homère lorsqu’il a défendu la mer que chantait Tino Rossi, puis en revenant sur la situation actuelle du pays et sur le vote qui s’y tiendra en mai.

« La République a deux piliers : l’école et les médias », a jugé le candidat du Front de gauche. Ensuite, le candidat s’est attaqué à deux hebdomadaire nationaux : L’Express, «le plus extrémiste» et Le Nouvel Obs, « médiocre hebdomadaire de la réaction », tout en se vantant d’être « le deuxième candidat préféré des journalistes ».

Après ses rassemblements à la Bastille et sur la place du Capitole, Jean-Luc Mélenchon a ironisé à propos des meetings en plein air de Nicolas Sarkozy, sur la place de la Concorde et de François Hollande « dans les bois » de Vincennes. « Nous avons créé une mode », s’est targué le candidat du Front de gauche, qui n’a reçu que tardivement l’autorisation de tenir son meeting : la « plage au peuple ». Pour conclure son discours, Jean-Luc Mélenchon a cité la chanson « Au printemps de quoi-rêvais-tu ? » de Jean Ferrat avant d’entonner « L’internationale », « La Marseillaise » et « On lâche rien », avec l’assemblée.

Jean-Luc Mélenchon a donné rendez-vous à ses militants, le 19 avril, à Paris. L’objectif du Front de gauche est de devancer Marine Le Pen, le 22 avril prochain. Le parti ne souhaite pas un vote utile qui « nous casse les urnes », a estimé Clémentine Autain.

Retrouvez plus de photos de ce meeting.

Nicolas Sarkozy dans les Pyrénées-Orientales…

13 Avr

A la veille de son rassemblement sur la place de la Concorde à Paris, Nicolas Sarkozy sera, samedi 14 avril, dans les Pyrénées-Orientales.

Accompagné du ministre de la défense, Gérard Longuet et des secrétaires d’États, Marc Laffineur et Jeannette Bougrab, le président de la république débutera sa visite en terre catalane à Rivesaltes. A 14h30, il rencontrera des harkis et des rapatriés. L’année du cinquantième anniversaire des accords d’Evian, le chef de l’État visitera, ensuite, le camp Joffre, avant de déposer une gerbe au mémorial.

Le candidat UMP poursuivra son déplacement à la préfecture de Perpignan. A 16h, il discourra et décorera le général François Meyer, des insignes de Grand Officier de la Légion d’Honneur. En 1962, ce militaire, en désobéissant à sa hiérarchie, a organisé le rapatriement en France de harkis, condamnés à mort en Algérie.  

Enfin, le président/candidat clora sa visite en intervenant, aux alentours de 17h30, lors d’une réunion publique, à la halle des sports de Bompas.

Le Front National, accusant Nicolas Sarkozy de « tenter de s’approprier une mémoire qu’il a méprisée pendant cinq ans », a annoncé une contre-manifestation sur le même thème. Le vice-président du FN, Louis Aliot, le conseiller régional du Languedoc-Roussillon, Alain Jamet et Gilbert Collard déposeront à 11h, une gerbe devant le monument aux morts du square Bir-Hakeim de Perpignan.

Retrouvez tous les déplacements des candidats en Languedoc Roussillon.

Nathalie Arthaud : « Les élections ne changeront rien »…

5 Avr

Natalie Arthaud, François Roche et Isabelle Bonnet

« Interdire les licenciements sous peine d’expropriation » telle est la mesure phare qu’a abordé Nathalie Arthaud, candidate de Lutte Ouvrière, en meeting à Marseille. Devant près de 200 personnes, celle qui se définit comme « la seule candidate communiste dans cette élection » n’a épargné aucun de ses adversaires qui la dépassent dans les sondages. Nathalie Arthaud est revenue sur de nombreuses mesures du quinquennat de Nicolas Sarkozy ainsi que sur ses « promesses sonnantes et trébuchantes » à l’égard des travailleurs.

Après avoir blâmé les personnes contre le vote des immigrés aux élections locale, la successeur d’Arlette Laguiller s’est attaquée à Marine Le Pen. « Elle sait trouver les mots » a déclaré la candidate de Lutte Ouvrière, qui estime que « l’ennemie mortelle pour la classe ouvrière » aime les travailleurs « avec le doigt sur la couture du pantalon ». En outre, Nathalie Arthaud considère que si la présidente du Front National est élue « la classe ouvrière sera mise au pas » tandis que lorsqu’elle imagine François Hollande endosser le rôle de président, elle ne voit aucune mesure en faveur des ouvriers. Le candidat du Parti Socialiste « ne s’est engagé à rien vis à vis des travailleurs ». L’enseignante s’est interrogée sur la campagne de l’ancien premier secrétaire du PS et sur son « audace » à propos du quotient familial puis de l’imposition à 75%, avant une « marche arrière », avant de fustiger le « vote utile » souhaité par les socialistes.

Nathalie Arthaud en meeting au château des fleurs.

Après la droite et la gauche, celle qui se revendique d’un communisme « comme en ont rêvé des milliers d’ouvriers » a éraflé le candidat soutenu par le Parti Communiste Français. « Mélenchon veut faire croire que le salut des travailleurs viendra par un changement de gouvernement » a déclaré l’enseignante, qui ne croit pas au changement par les urnes, mais avoue que le candidat du Front de Gauche « attirera l’électorat populaire de Hollande ». Au delà de l’élection présidentielle, Nathalie Arthaud appelle à l’union dans la lutte pour les travailleurs : développer de nouveaux services publics, instaurer une échelle mobile des salaires, supprimer le secret des affaires et surtout faire baisser le chômage, « fléau des classes populaires, mais pas une fatalité ».