Rendez-vous au(x) David(s)

9 Mar

Rendez-vous au(x) David(s)La statue de David, réplique celle de Michel-Ange réalisée par Jules Cantini, érigée à la porte des plages du Prado, le regard rivé sur l’avenue du même nom, s’est démultipliée. Treize œuvres d’artistes plasticiens ont été sélectionnées par un jury, sur une trentaine reçue, et sont exposées dans les 6e et 8e arrondissements, des Goudes jusqu’au Cours Julien. Ces « Rendez-vous aux Davids » sont donnés au public dans le cadre de Marseille Provence 2013.

Juste derrière « Le David », une nouvelle statue a été installée : Centon de Christophe Perez. Cette interprétation de l’oeuvre de Michel-Ange en béton est née de l’assemblage de différentes parties de corps moulés de Marseillais. Toujours sur les plages du Prado, Mirador balnéaire de Amandine Guruceaga est la réappropriation d’un élément architectural : le belvédère. Au rond-point escale Borély, Convergence de Dominika Griesgraber, invite, ensuite les Marseillais à la réflexion. L’artiste casse la symétrie du visage de David dont seule la partie droite et représentée quand l’autre reflète les passants interpellés par la maxime de Victor Hugo : « C’est par le réel qu’on vit c’est par l’idéal qu’on existe. » Au rond‐point Jourdan Barry, Le Castagnole de Georges Pellissier et Julien Darnis est une sculpture en inox miroir plié représentant un poisson. Sur la place Engalière, avec La face cachée, Yavo Landry Komenan, évoque la vie du roi David et plus particulièrement « sa relation cachée avec la femme de son serviteur Hury qu’il fit assassiner. » Enfin, aux Goudes, la silhouette de David est redessinée dans un bloc de béton armé, Crack Concrete de Boris Chouvellon.

La balade se poursuit dans le parc de Bagatelle qui abrite trois David(s). Une partie du paysage chinois s’invite à  Marseille, avec Mistral de Wang Yiyang et Manu Li Wanxu. Derrière la mairie des 6e et 8e arrondissements, dans un coin de verdure, le corps du David 2.0 de Edline, en 3D et en fils noués, fixé aux arbres, se meut dans les airs au gré du vent. A quelques pas et dans un autre genre, un interprétation haute en couleurs de la statue est installée. Homocamelopardalis de l’association de la Bourgette est une représentation en mouvement. Direction ensuite la place Delibes, où Le David girouette de Sofi Urbani est un miroir qui reflète la vie du quartier sur son corps.

Une sculpture aux couleurs de la cité phocéenne fait face à la Préfecture, sur la place Felix Baret, Conversation de Luco Cormerais. Deux autres oeuvres se dressent dans le 6e arrondissement. Sur le Cours Julien, à proximité de l’accès au métro, le Goliath de Nathan est une digression moderniste vis‐à‐vis du David. Dans le square Pierre Puget, Impérieuse Rumeur de Pascale Mijares, suscite les questionnement : Que contient cette caisse de transport ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :