425 rue Paradis

18 Déc

425 rue ParadisAu 425 de la rue Paradis, à Marseille, sévissait Ernst Dunker, alias Delage, dans une luxueuse villa qui abritait le siège de la Gestapo. En novembre 1942, les Allemands ont envahi le Sud de la France, sous la ligne de démarcation Lyon-Vichy-Bordeaux. Cet ancien trafiquant, voleur et proxénète berlinois était le chef de la section IV de la Gestapo, à Marseille. Ernst Dunker était plus actif que son supérieur le « Kommandeur » Rolf Mühler, chef de la Gestapo pour la région marseillaise.

Hommes de mains, mouchards, tortionnaires et prostituées, Delage a recruté près de 400 personnes dans la pègre marseillaise, pour ses séances de tortures dont les cris et les hurlements étaient audibles jusque dans la rue.

En zone non occupée, le réseau de résistance Combat du capitaine Henri Fresnay fut fondé en août 1940. Henri Aubry, dit « Avricourt » était le chef de la région marseillaise. Le 28 avril 1943, des résistants sont arrêtés à la taverne Charley. Parmi eux, Jean Multon, alias « Lunel », est retourné, face à Delage, il accepte de collaborer avec la Gestapo. Le rapport Flora, rédigé le 19 juillet 1943, par Ernst Dunker, mentionne également « Didot », c’est-à-dire René Hardy, comme contre-agent de la Gestapo.

A la veille de la libération de Marseille, le 425 de la rue Paradis est évacué. Les prisonniers sont relâchés dans la rue où ils courent à travers les balles de leurs tortionnaires.

A la Libération, Ernst Dunker est arrêté à Paris puis ramené à Marseille. Le 24 janvier 1947, le « criminel de guerre » estcondamné à la peine de mort et au franc symbolique de dommages et intérêts par le tribunal Militaire de Marseille. « Nous n’avons pas tous le bonheur d’être Français et, malheureusement, je suis Allemand », déclara Delage devant le tribunal. Tandis que son supérieur Rolf Mühler fut gracié et rentra en Allemagne, Ernst Dunker fut fusillé le 6 juin 1950.

Le 425 de la rue Paradis abrite désormais une boulangerie. Sur l’une des façades du bâtiment, une plaque indique : « Souvenez vous. Derrière les murs de cet immeuble entre 1942 et 1944, la Gestapo a torturé des centaines de résistants dont beaucoup moururent sous les supplices pour ne pas trahir la France. En ces lieux furent également jetées de nombreuses familles arrachées sauvagement à leurs foyers marseillais pour la seule raison d’être nées juives. Ces victimes de la barbarie nazie furent déportées dans des camps d’extermination et massacrées par leurs bourreaux pour n’avoir renié ni leur honneur, ni leur croyance. Ne les oublions jamais ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :