Fous Chantants 2012 : Une journée mémorable…

29 Juil

La 15e édition des Fous Chantants d’Alès s’est déroulé hier soir. Retour sur une journée haute en rebondissements…

« Il n’y a plus de places », expliquent les organisateurs dès le début de l’après-midi. Quelques personnes pensaient pourtant pouvoir se procurer des places sans les avoir préalablement réservées. Il reste toutefois possible de se procurer des billets en revente dès 18h devant les Arènes. Les pancartes « J’achète deux places » demeurent sans réponses mais il resterait peut être 20 places. Les quêteurs s’orientent vers un plan B : attendre une heure en plein soleil l’ouverture de la billetterie afin d’être les premiers dans la file d’attente. A 19h, les volets sont toujours clos et les rangs deviennent de plus en plus flous, celui des détenteurs de billets derrière la porte s’étend désormais jusqu’à la moitié de la rue. « 3, 2, 1, 0… Ouais !!! », les Arènes ouvrent…

Photo : Caroline Nourry

Patrick Fiori est « sympa », « simple », « accessible » et a gentiment posé avec une agent de la sécurité. Dans la matinée, le chanteur a pris un bain de foule avant la répétition, en sera t-il de même ce soir ? Il doit arriver, avec Anggun à 21h20 et certains se lancent dans une attente qui se révèlera interminable. Dès 21h, les choristes envahissent le parking des Arènes, c’est l’heure des derniers encouragements de leurs proches avant leur prestation. Leur point de rendez-vous est également le seul accès pour les voitures des artistes. Le ciel s’assombrit, les choristes sont invités à laisser le passage libre pour le convoi qui s’apprête à arriver. Se dresse alors une sorte de haie d’honneur noire et blanche. Tout sourire au volant d’une voiture, Patrick Fiori, la traverse, ralentit et salue la foule avant de s’engouffrer des les coulisses faites de cannisse au travers de laquelle il est facile d’épier les bénévoles. Dans la voiture suivante, Anggun, côté passager, salue également les choristes amassés le long du passage. Tout s’accélère, les choristes doivent s’aligner face au panneaux correspondant à leur tessiture avant d’entrer dans les Arènes.

Dans les gradins, l’attente n’est pas plus distrayante. Les derniers arrivés invectivent les personnes déjà installées, notamment du côté des emplacements les plus prisées, face à la scène. La lutte pour conserver la place d’une personne partie aux toilettes ou à la buvette est féroce. Pendant les trois heures de concert, il est impossible de quitter sa place, les escaliers sont bondés. Certains spectateurs sont même debout en haut. L’installation était moins rude en bas des Arènes où des chaises numérotées étaient installées.

L’amabilité et la gentillesse des agents de la sécurité ont compensé les déboires des spectateurs alésiens.

Retrouver également le compte-rendu et les photos du concert.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :