The Artist triomphe aux César…

24 Fév

La 37e cérémonie des César s’est déroulée au théâtre du Châtelet à Paris. La soirée était animée par Antoine de Caunes et présidée Guillaume Canet. Roman Polanski devait remettre un César d’honneur à Kate Winslet. Ce dernier étant souffrant, la tâche a  finalement incombé au réalisateur Michel Gondry. Suivez la cérémonie en direct sur ce blog.

Dans son discours d’ouverture, Guillaume Canet rend hommage à Pierre Gamet, ingénieur du son français, disparu le 7 janvier dernier.

Le maître de cérémonie, Antoine de Caunes, entre en scène sur une chorégraphie, avec Joey Starr.

21h15 : Tahar remet le premier César de la soirée, celui du meilleur espoir féminin à Naidra Ayadi, pour Polisse ex aequo avec Clotilde Hesme, pour Angèle et Tony.

Antoine de Caunes se moque du rire de la « troisième personnalité préférée des français selon le JDD », Omar Sy, et le prie de ne pas trop rire ce soir.

21h24 : Mathilde Seigner remet le César du meilleur acteur dans un second rôle à Michel Blanc, pour L’exercice de l’État. Emu, le comédien remercie le public de l’accepter dans des rôles plus « sérieux », en quarante cinq secondes. Mathilde Seigner tente, en vain, de faire monter sur scène JoeyStarr.

21h30 : Helena Noguerra remet le César du meilleur costume à Anais Romand, pour L’Apollonide, souvenirs de la maison close, puis celui du meilleur décors à Laurence Bennett, pour The Artist. Premier César de la soirée pour le film couronné outre Manche et outre Atlantique.

21h40 : Alexandre Astier remet le César du meilleur film d’animation à Joann Sfar et Antoine Delesvaux, pour Le chat du Rabbin.

21h46 : Grégory Gadebois reçoit le César du meilleur espoir masculin, pour Angèle et Tony, des mains d’Aure Atika.

21h51 : Sylvie Testud remet le César du meilleur premier film à Sylvain Estibal, pour Le cochon de Gaza, un film sur le conflit israelo-palestinien.

Julie Ferrier débarque sur scène, grimée en Sarah Vanderbus, dresseuse, elle plaide pour l’instauration d’un César « pour l’animal ». La comédien revient ensuite sur scène pour remettre le prix du meilleur film documentaire à Christian Rouad, pour Tous au Larzac.

22h09 : Alice Taglioni remet le César de la meilleure musique originale à Ludovic Bource, pour The Artist. C’est la seconde récompense de la soirée !! Le compositeur remercie toute l’équipe du film : Michel Hazanavicius – après avoir lancé « Michel, je t’aime ! » à son arrivée sur la scène – , Thomas Langmann, Bérénice Bejo, Jean Dujardin et Alexandra Lamy, « même si t’es pas dans l’film, on a la chance de se voir assez souvent ».

22h15 : Michel Gondry vient remettre le César d’honneur à Kate Winslet. Après une rétrospective de sa carrière, l’actrice américaine monte sur scène. « Bonsoir mesdames et messieurs » commence Kate Winslet avant de reprendre sa langue maternelle pour remercier « tous ceux qui m’inspirent et qui m’encouragent à aller plus loin ». Ironiquement, elle remercie Michel Gondry « d’avoir parlé de mon derrière et de ma poitrine à la télévision française ». Elle insiste, ensuite, sur sa joie d’avoir tourné avec Roman Polanski avant de terminer en français par : « Merci de votre gentillesse et de cette charmante soirée ».

Hommage aux disparus de l’année…

22h32 : Kad Merad remet le César de la meilleure actrice dans un second rôle à Carmen Maura, pour Les femmes du 6e étage. Brièvement, elle déclare « Je suis très fière d’être une comédienne espagnol, mais grâce à vous, ce soir, je fais un peu partie de la famille du cinéma français ».

22h37 : Audrey Fleurot, Zoé Felix et Olivia Bonamy remettent le César du meilleur court-métrage à L’accordeur d’Olivier Treiner.

Antoine de Caunes revient ironiquement sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

22h43 : Toujours dans la politique, Pierre Schoeller reçoit le César du meilleur scénario original à L’exercice de l’État

Antoine de Caunes présente l’application César, pour smartphone, avec la participation de Valérie Lemercier et François Berléand.

22h49 : Troisième César pour The Artist !!! Celui de la meilleur photographie, à Guillaume Schiffman, qui remercie rapidement l’équipe du film.

Hommage à Annie Girardot…

22h59 : Frédéric Beigbeder remet le César de la meilleure adaptation à Yasmina Reza et Roman Polanski – absents ce soir -, pour Carnage. Kate Winslet, actrice du film remonte sur scène pour récupérer le trophée.

23h06 : Valérie Bonneton remet les César du meilleur montage à Laure Gardette et Yann Dedet, pour Polisse, puis celui du meilleur son à Olivier Hespel, Julie Brenta et Jean-Pierre Laforce, pour L’exercice de l’État.

23h18 : Laurent Lafitte remet le César du meilleur film étranger à Asghar Farhadi, pour Une séparation. Le réalisateur est absent, c’est donc le distributeur du film qui vient chercher le prix.

23h23 : Quatrième César pour The Artist !!!! Michel Hazanavicius est sacré meilleur réalisateur. Après les remerciements de l’équipe, le réalisateur passe un message plus personnel et s’adresse à Bérénice Bejo, sa compagne : « Le film te doit beaucoup beaucoup à toi, tu l’as inspiré, et ça c’est pour toi ».

23h30 : Cinquième César pour The Artist !!!!! Bérénice Bejo reçoit le prix de la meilleure actrice. Très émue, elle confesse : « Je dois vous avouer quelques chose, je le voulais vraiment » avant de remercier toute l’équipe du film. Après ses nombreuses nominations vaines outre Atlantique, la comédienne obtient une récompense française. 

23h37 : Omar Sy est couronné meilleur acteur, pour Intouchables. C’est le premier César de la soirée pour le succès de l’année au box office. Première fois nommé et récompensé, il remercie avant tout sa famille et bien évidemment François Cluzet, avec qui il partage l’affiche. 

23h44 : Sixième César pour The Artist !!!!!! Guillaume Canet remet le prix du meilleur film à Thomas Langmann et Michel Hazanavicius.

Les 37e César :

Meilleur film, remis par Guillaume Canet :
The Artist
L’exercice de l’état
La guerre est déclarée
Le Havre
Intouchables
Pater
Polisse

Meilleur réalisateur, remis par Julie Depardieu et Eric Elmosnino :
Alain Cavalier (Pater)
Valérie Donzelli (La guerre est déclarée)
Michel Hazanavicius (The Artist)
Aki Kaurismaki (Le Havre)
Maïwenn (Polisse)
Pierre Schoeller (L’exercice de l’État)
Eric Toledano et Olivier Nakache (Intouchables)

Meilleur acteur, remis par Nicole Garcia :
Sami Bouajila (Omar m’a tuer)
François Cluzet (Intouchables)
Jean Dujardin (The Artist)
Olivier Gourmet (L’exercice de l’État)
Denis Podalydès (La conquête)
Omar Sy (Intouchables)
Philippe Torreton (Présumé coupable)

Meilleure actrice, remis par Philippe Lellouche :
Ariane Ascaride (Les neiges du Kilimandjaro)
Leïla Beikhti (La source des femmes)
Bérénice Bejo (The Artist)
Valérie Donzelli (La guerre est déclarée)
Marina Foïs (Polisse)
Marie Gillain (Toutes nos envies)
Karin Viard (Polisse)

Meilleur acteur dans un second rôle, remis par Mathilde Seigner :
Michel Blanc (L’exercice de l’État)
Nicolas Duvauchelle (Polisse)
Bernard Lecoq (La conquête)
Frédéric Pierrot (Polisse)
Joey Starr (Polisse)

Meilleure actrice dans un second rôle, remis par Kad Merad :
Zabou Breitman (L’exercice de l’État)
Anne Le Ny (Intouchables)
Noemie Lvovsky (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Carmen Maura (Les femmes du 6e étage)
Karole Rocher (Polisse)

Meilleur espoir masculin, remis par Aure Atika :
Nicolas Bridet (Tu seras mon fils)
Grégory Gadebois (Angèle et Tony)
Guillaume Gouix (Jimmy Rivière)
Pierre Niney (J’aime regarder les filles)
Dimitri Storoge (Les Lyonnais)

Meilleur espoir féminin (remis par Tahar Rahim) :
Naidra Ayadi (Polisse
Adèle Haenel (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Clotilde Hesme (Angèle et Tony) 
Céline Sallette (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Christa Théret (La brindille)

Meilleur scénario original, remis par Sara Forestier :
Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm (La guerre est déclarée)
Michel Hazanavicius (The Artist)
Maiwenn et Emanuelle Bercot (Polisse)
Pierre Schoeller (L’exercice de l’État)
Eric Toledano et Olivier Nakache (Intouchables)

Meilleure adaptation,  remis par Frédéric Beigbeder :
David Foenkinos (La délicatesse)
Vincent Garenq (Présumé coupable)
Olivier Gorce, Roschdy Zem, Rachid Bouchareb et Olivier Lorelle (Omar m’a tuer)
Mathieu Kassovitz, Pierre Geller et Benoit Jaubert (L’ordre et la morale)
Yasmina Reza et Roman Polanski (Carnage)

Meilleure musique originale, remis par Alice Taglioni :
Alex Beaupain (Les bien-aimés)
Bertrand Bonello (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Ludovic Bource (The Artist)
M et Patrice Renson (Un monstre à Paris)
Philippe Schoeller (L’exercice de l’Etat)

Meilleur son, remis par Valérie Bonneton :
Pascal Armant, Jean Goudier et Jean-Paul Hurier (Intouchables)
Jean-Pierre Duret, Nicolas Moreau et Jean-Pierre Laforce (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Olivier Hespel, Julie Brenta et Jean-Pierre Laforce (L’exercice de l’État)
Nicolas Provost, Rym Debbarh-Mounir et Emmanuel Croset (Polisse)
André Rigaut, Sébastien Savine et Laurent Gabiot (La guerre est déclarée)

Meilleure photographie, remis par Mathieu Kassovitz :
Pierre Aim (Polisse)
Josée Deshaies (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Julien Hirsch (L’exercice de l’État)
Guillaume Schiffman (The Artist)
Mathieu Vadepied (Intouchables)

Meilleur montage, remis par Valérie Bonneton :
Anne-Sophie Bion et Michel Hazanavicius (The Artist)
Laurence Briaud (L’exercice de l’État)
Pauline Gaillard (La guerre est déclarée)
Laure Gardette et Yann Dedet (Polisse)
Dorian Rigal Ansous (Intouchables)

Meilleurs costumes, remis par Helena Noguerra :
Catherine Baba (My little Princess)
Mark Bridges (The Artist)
Christian Gasc (Les femmes du 6e étage)
Viorica Petrovici (La source des femmes)
Anais Romand (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)

Meilleurs décors, remis par Helena Noguerra :
Laurence Bennett (The Artist)
Alain Guffroy (L’Apollonide, souvenirs de la maison close)
Pierre-François Limbosch (Les femmes du 6e étage)
Jean Marc Tran Tan Ba (L’exercice de l’État)
Wouter Zoon (Le Havre)

Meilleur film d’animation, remis par Alexandre Astier :
Le chat du Rabbin (Joann Sfar et Antoine Delesvaux) 
Le cirque (Nicolas Brault)
Un monstre à Paris (Bibo Bergeron)
La queue de la souris (Benjamin Renner)
Le tableau (Jean-François Laguionie)

Meilleur film étranger, remis par Laurent Lafitte :
Black Swan (Darren Aronofsky)
Le discours d’un roi (Tom Hooper)
Drive (Nicolas Winding Refn)
Le gamin au vélo (Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne)
Incendies (Denis Villeneuve)
Melancholia (Lars von Trier)
Une séparation (Asghar Farhadi) 

Meilleur premier film, remis par Sylvie Testud :
17 filles (Delphine Coulin et Muriel Coulin)
Angèle et Tony (Alix Delaporte)
Le cochon de Gaza (Sylvain Estibal) 
La délicatesse (David Foenkinos et Stéphane Foenkinos)
My little princess (Eva Ionesco)

Meilleur film documentaire, remis par Julie Ferrier  :
Le bal des menteurs (Daniel Lesonte)
Crazy horse (Frederick Wiseman)
Ici on noie les Algériens (Yasmina Adi)
Michel Petrucciani (Michael Radford)
Tous au Larzac (Christian Rouad)

Meilleur film de court métrage, remis par Audrey Fleurot, Zoé Felix et Olivia Bonamy :
L’accordeur (Olivier Treiner)
La France qui se lève tôt (Hugo Chesnard)
J’aurais pu être une pute (Baya Kasmi)
Je pourrais être votre grand-mère (Bernard Tanguy)
Un monde sans femmes (Guillaume Brac)

César d’honneur, remis par Michel Gondry :
Kate Winslet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :