Les voeux des salariés marseillais…

25 Jan

« Nous en avons assez du mauvais spectacle que nous jouent les puissants de la terre » a déclamé Catherine Lecoq, responsable CGT Spectacle, en marge des vœux à la culture du président de la république. Le personnel des centres mutualistes, des Indignés, des salariés de Fralib, de la SNCM de LyondellBasell et d’Arkema et des professionnels de la culture étaient réunis devant la maison diamantée, siège de l’association organisatrice de Marseille Provence 2013.

« Nous avons besoin d’actes concrets pas de discours » a clamé Patrice, CGT. Une revendication que partageait le rassemblement clairsemé et éclectique de contestataires présents mardi matin derrière l’hôtel de Ville. Le groupe de syndicalistes était en colère contre les mesures prises par le gouvernement : la TVA sociale ou les accords de compétitivité. « Ce sont toujours les même recettes qui ne règlent rien ».

« On ne lâchera rien, l’Éléphant est Français, en Provence, il doit rester » a proclamé un salarié CGT de Fralib à la fin de sa prise de parole. Cet Éléphant, présent lors de la manifestation est le symbole du thé fabriqué dans l’usine gemenosienne qui lutte depuis septembre 2010 contre la délocalisation. « On profite de la venue du président à Marseille pour lui signifier notre mécontentement » expliquait Gérard, délégué syndical CGC chez Fralib. Pour la campagne présidentielle ce salarié en perdition souhaite un candidat qui fasse du chômage sa priorité.

« Il y a que le FN auquel on ne s’adresse pas » précisait Yann, marin CGT de la SNCM lorsqu’il a lancé un appel aux candidats à la présidentielle de proposer une loi qui défendrait le pavillon Français. Le marin, en grève depuis la veille de la manifestation, dénonçait « la concurrence déloyale entre travailleurs ». La rivalité est à deux pas pour ces Marseillais quoi ont le sentiment de ne pas pouvoir lutter face à leurs confrères Toulonnais. « le Corsica Ferries paye son personnel 600 dollars par mois » s’insurgeait Yann.

« Le milieu associatif périclite à Marseille, le robinet à subvention est fermé » déplorait Jérémie, musicien en recherche d’emploi. Le jeune homme regrette la « mascarade » Marseille Provence 2013 et souhaite une « véritable politique cultuelle ». Cet Indigné attend que les candidats à l’élection présidentielle donnent une place plus importante à l’éducation et la culture qui « donne un sens à une société ». Quant au quinquennat de Nicolas Sarkozy, il est persuadé que « la crise est une fausse excuse, c’est facile de dire qu’on n’a plus de sous ».  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :