La procession de la Sanch a eu lieu…

22 Avr

Malgré la pluie, des milliers d’âmes étaient postées dans les rues de Perpignan, sur le chemin du cortège de la procession de la Sanch cet après midi. Alors que le doute d’une annulation planait, le défilé a été maintenu avec un trajet réduit. Les misteris tantôt bâchés tantôt découverts ont traversé les rues de la ville devant un parterre de parapluies.

Cette manifestation a lieu tous les vendredis saints depuis 1416 et commémore le dernier condamné a mort de Perpignan. Des caparutxes ou pénitents, des hommes cagoulés vêtus de rouge ou de noir défilent dans les rues de Perpignan depuis l’église de Saint Jacques. Des femmes participent également à la manifestation, mais elles marchent à visage découvert, vêtues de noir et coiffées de mantilles. Les pénitents et pénitentes de la confrérie de la Sanch portent des misteris, des représentations de scènes religieuses.

Dès le départ du cortège, les langues se délient et certaines personnes, des touristes pour la plupart voient une polémique dans ce défilé de caparutxes. Alors qu’une loi interdit le port de la burqa en France, les visages voilés de ces hommes dérangent. Pourtant, la cagoule a une valeur symbolique : « les caparutxes ont tous le visage couvert pour nous rappeler que tous nous sommes coupables ». Face à ceux qui critiquent un habitué plaisante « Chez nous, ce sont les hommes qui sont voilés ». Néanmoins, en ces vacances pascales, ils sont nombreux à ne pas comprendre le rite auquel ils assistent dans cette ville catalane ou tous les monuments se sont parés de drapeaux sang et or en ce vendredi saint.

A leur retour à l’église Saint Jacques, les pénitents s’empressent d’ôter leur cagoule. Les misteris sont chargés dans des camionnettes pour rentrer dans leurs villages. Pendant que les pénitentes font des bouquets avec les fleurs qui ornaient les statuettes et les distribuent aux confrères et consœurs de la Sanch. « C’était spectaculaire » selon Sophie, une vacancière qui assistait aujourd’hui à sa première procession, avec son mari et ses deux enfants. Cependant la jeune femme est un peu déçue que le défilé ce soit interrompu si vite.

« Cette procession est un convoi d’espérance est de solidarité » selon la voix qui raisonne dans les haut parleurs de la ville. Mais en cet après midi pluvieux, ce convoi représentait plutôt une grande incompréhension entre ceux qui ont toujours connu la procession de la Sanch et pour lesquels elle fait parti du patrimoine culturel et ceux qui voient dans cette manifestation un signe religieux et illégal. Cette manifestation vielle de près de 600 ans est elle amené à disparaître au profit de la laïcité ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :