Archive | janvier, 2011

Un derby pour deux victoires…

10 Jan

En quarts de finale du championnat du Roussillon, Saint Laurent a battu Claira, 28 à 18, hier, au stade de Claira. Le gagnant ira en demi-finale du championnat du Roussillon et le perdant, en demi-finale de la coupe du Roussillon.

« C’est un grand Claira qui a joué pour son clocher » proclame Claude Montesinos (président de Claira XIII), après la rencontre. Le match ne s’est pas ouvert sous les meilleurs hospices pour Claira. Deux minutes après le coup d’envoi, Franck Martinez (pilier de Claira XIII) s’ouvre la lèvre lors d’un plaquage. Résultat : 5 points de suture.

A la mi-temps, les Laurentins mènent 8 à 6. Mais dès la reprise du jeu, les Clairanencs égalisent. Un carton jaune pour un joueur de Claira XIII, va permettre à Saint Laurent de creuser l’écart. Et malgré le carton rouge pour Saint Laurent, en fin de match, les Clairanencs ne réussiront pas à se frayer un chemin vers la victoire.

Ce derby Salanquais annoncé comme déséquilibré, n’est finalement pas marqué par une victoire écrasante (28 à 18). « On n’a pas gagné facilement alors que nos joueurs ont un meilleur niveau » avoue Bernard Charmillon (secrétaire de Saint Laurent XIII). Le haut niveau des joueurs Laurentins a été contrebalancé par William Pailles, ancien joueur en élite 1, qui coachait les joueurs Clairanencs. C’est donc un match de haute qualité qu’ont admiré, dimanche, les nombreux supporters de Saint Laurent qui s’étaient déplacés au stade pour encourager leur équipe.

« Ce sont 17 guerriers qui ont joué avec leur cœur, leur envie, comme une bande de copains » affirme Lionel Subirats (entraineur de Claira XIII). Les matchs de rugby entre clubs voisins qui se finissent en bagarre générale, c’est fini. Même si les Laurentins paraissaient plus enclin à une certaine agressivité. Bernard Charmillon se défend « C’est de la virilité bien placée, qui fait parti du jeu à XIII ».

Pour Claira XIII « La victoire n’était pas une priorité. Mais le sursaut des joueurs est une bonne chose pour la suite. » Ce sont donc deux équipes ravies qui sont parties ensemble pour un début de troisième mi temps commun. Les deux clubs sont désormais en route vers des demi-finales distinctes et rêvent tous deux à une finale. En attendant, le tirage au sort pour les demi-finales aura lieu le 17 janvier prochain.

Lire la suite

Moins de 1000 coeurs debout au Moulin à Vent….

9 Jan

La deuxième journée de match aller de la poule 5, pour le Championnat Territorial des cadets Teulière s’est déroulée hier. Le RMVP (Rugby Moulin à Vent Perpignan) a battu l’US Millas, 12 à 5 au stade Roger Ramis (Moulin à Vent, Perpignan).

Concertation des cadets de Millas

La rencontre, rythmée par des touches et des pénalités, n’était pas d’un grand intérêt pour les spectateurs de par un manque de technique de la part des deux équipes. Seuls des fans de Cali, le chanteur et accessoirement entraineur, soigneur et porteur d’eau des cadets de Millas auraient pu se passionner par le show. L’artiste allait et venait sur le terrain pour porter des gourdes d’eau aux joueurs millassois. Mais les groupies n’étaient pas au rendez vous.

Néanmoins, un spectacle d’une toute autre catégorie avait été annoncé. Il a engendré le déplacement au stade d’un nombre inhabituellement élevé de lycéens, et surtout de lycéennes. Mais la baston n’a pas eu lieu. Selon Benjamin « Millas ne pouvait pas provoquer la bagarre, sinon ils étaient disqualifiés. C’était au Moulin à Vent de déclencher, mais ils parlaient trop ».

Pour pimenter un peu la représentation, l’arbitre, un débutant, n’a pas lésiné sur les cartons, 2 rouges (un pour chaque équipe), 2 jaunes (un pour chaque équipe) et 3 blancs (2 pour Millas et 1 pour le Moulin à Vent).

Comme le dit Patrick, membre du public, le Moulin à Vent contre Millas, le samedi 8 janvier 2011 est « un match à oublier ».

La nouvelle mairie de Montpellier baptisera son parvis Georges Frêche…

7 Jan

Le parvis du nouvel hôtel de ville de Montpellier portera le nom de Georges Frêche. Hélène Mandroux l’a annoncé mercredi, à l’occasion de ses vœux aux Montpelliérains.

Le futur hôtel de ville, conçu par Jean Nouvel et François Fontes devrait ouvrir en septembre prochain. Le maire et son conseil municipal quitteront l’Écusson (centre historique de Montpellier) pour le quartier de Port Marianne (à l’Est de Montpellier). C’est donc un lieu proche de celui dans lequel l’ancien maire s’est éteint (l’hôtel de Région) qui portera son nom.

Parmi les 11 042 montpelliérains qui se sont exprimés, 4819 ont opté pour le parvis du futur hôtel de ville contre 2856, pour la principale place d’Odysseum, 1702, pour la place de la Comédie, 994, pour le nouveau pont qui enjambera le Lez et 671, pour l’avenue de l’aéroport.

Amusez-vous, mais comment ?

6 Jan

Amusez-vous, le cinquième roman d’Annie Lemoine relate quelques jours de la vie de Claire, presque quarante ans, divorcée et mère de deux enfants. Une escapade au bord de la mer en solitaire prend une couleur imprévisible et bouleverse sa vie.

« Amusez-vous », comme Annie Lemoine lorsqu’elle écrit…

C’est par son autobiographie, qu’elle est entrée dans le monde des auteurs. Son écriture simple donne des romans propices à une lecture allongée sur la plage durant les heures chaudes de l’été. Les phrases courtes et le choix du mot juste sont des réminiscences de la vie d’avant, sa vie de journaliste.

« Amusez-vous », comme une invitation ou un ordre au lecteur…

Le lecteur s’évade avec la narratrice dans une chambre d’hôtel avec vue sur mer. Des rencontres se succèdent mais rien de très amusant.

« Amusez-vous », comme un remède aux maux du personnage principal…

Dans les romans de l’ancienne journaliste, le protagoniste, une femme, est dans l’impasse. Une écrivaine, victime du syndrome de la page blanche, entame une nouvelle vie. Au travers d’évènements racontés de façon superficielle, Claire est en route vers le dénouement du roman.

« Amusez-vous », en dehors de la lecture de ce livre…

Malgré un résumé attractif, le roman manque de contenu. Que le jour recommence et que les romans d’Annie Lemoine ne laissent plus le lecteur sur ces fins.

Une rentrée sous hautes tensions pour Claira XIII…

3 Jan

Dans le cadre du Championnat du Roussillon, les Clairanencs affronteront, dimanche, les Laurentins dans un derby salanquais.

Jeudi, peu de joueurs s’étaient déplacés au stade de Claira pour l’entrainement. Cet effectif réduit n’était pas dû à un manque de motivation. « On s’est remis en question après la défaite à Béziers » déclare Franck Martinez (pilier de Claira XIII). Loin de la déception d’avoir été battu par les Biterrois, les Clairanencs ont réfléchi ensemble à l’attitude à adopter dans les futures rencontres. Les rigolades dans les vestiaires seront désormais bannies…

« C’est partout pareil, les veilles de fêtes » avoue Michel Marti (soigneur de Claira XIII). Il y a de nombreuses choses à faire la veille d’une fête. S’entrainer ne fait pas parti des priorités, sur la liste des objectifs à remplir pour la préparation d’un réveillon.
Les quelques joueurs présents lors du dernier entrainement de l’année 2010, pensent que « C’est jouable » contre Saint Laurent de la Salanque. Tous comme le confie Jérôme Llopis (ailier de Claira XIII) « On a envie d’y croire ». Malheureusement, la confrontation s’annonce déséquilibrée. Puisque Saint Laurent XIII sera renforcé par des joueurs de haut niveau.

Cependant, « Les derby, c’est toujours plus chauds » selon Olivier Teil (arrière de Claira XIII). Il existe une vieille rivalité qui lie les communes salanquaise, mais cette concurrence est la même partout. « C’est la guerre entre les villages voisins » confesse Cédric Lopez (centre de Claira XIII, qui a terminé sa saison à la suite d’une blessure aux cervicales lors du match contre Preixan). Le risque d’une bagarre entre habitants de la Salanque plane au dessus de cette rencontre. D’autant plus qu’à domicile, il est important pour Claira de battre les Laurentins.

Ce match sous hautes tensions marquera le retour de Jonathan Montésinos (deuxième ligne de Claira XIII), absent en début de saison à cause d’une blessure.

Une femme a remporté le gros lot au Loto de l’Amicale laïque de Leucate…

1 Jan

Le mois de décembre est traditionnellement le mois des rifles dans les Pyrénées Orientales. Mais dans le reste de la France ces événements se déroulent sous le nom de Loto. Le 12 décembre dernier, l’Amicale laïque de Leucate a organisé son loto.

« La participation a été bonne et les résultats positifs » selon la trésorière de l’Amicale laïque de Leucate. Mais les « amicalistes » ne s’étaient pas déplacés en masse au foyer de Leucate Village pour tenter de remporter le gros lot: un four. La manifestation a eu lieu dans la joie et la bonne humeur et sans encombres.

Grâce aux commerçants de Leucate, de Port-Leucate, de Sigean, de Port-la-Nouvelle et de la zone commerciale de Claira, quelques participants sont rentrés chez eux avec de beaux lots. Cependant, entre amis ou en famille, tous ont passé une agréable après midi, même ceux qui sont repartis bredouille…